Justin Trudeau refuse de se dissocier de son proche conseiller

Justin Trudeau refuse de se dissocier de son proche conseiller

mar, 02/13/2018 – 07:35
Posté dans :
1 commentaire

Il y a quelques jours, Gerald Butts a traité les détracteurs de Justin Trudeau de « nazis » sur Twitter. 

Source : Nos communesPhoto : Ontario Chamber of Commerce, FlickrCC BY-ND 2.0

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, ne s'est pas dissocié des propos de son conseiller Gerald Butts sur les nazis.

Rappelons que jeudi dernier sur son compte Twitter, l'un des plus proches conseillers de Justin Trudeau, Gerald Butts, avait comparé à des nazis ceux qui ont critiqué le premier ministre pour son fameux commentaire sur le « peoplekind ». Lors d'une assemblée publique à Edmonton, M. Trudeau avait repris une jeune femme qui avait prononcé le mot « mankind » en lui disant qu'il préférait le terme « peoplekind », plus inclusif selon lui.

Ces propos avaient fait le tour du monde. L'animateur vedette Piers Morgan avait qualifié M. Trudeau d'« andouille », disant de lui qu'il était devenu la « risée du monde ». La chroniqueuse australienne Rita Panahi l'avait surnommé le « Kim Kardashian des dirigeants politiques ». M. Trudeau s'était défendu en qualifiant son commentaire de « blague bête ».

Lundi en chambre, le député conservateur Peter Kent a demandé au premier ministre s'il allait se dissocier « des propos inacceptables » de son conseiller. Préférant ne pas répondre directement à la question, M. Trudeau s'est borné à dire que son gouvernement prenait l'Holocauste très au sérieux : « Nous reconnaissons qu'il s'agit d'une réalité extrêmement difficile et qu'il faut faire attention à ce que l'on dit. J'ai toujours fait en sorte que notre discours soit respectueux, surtout à ce sujet », a-t-il ajouté.

Commentaires

Trudeau aurait dû se présenter aux Jeux Olympiques. Je suis certaine qu'il aurait gagné la médaille d'or en patinage artistique. C'est du grand art.

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre.