La porte est ouverte à de nouveaux accommodements religieux

La porte est ouverte à de nouveaux accommodements religieux

mer, 02/14/2018 – 12:00
Posté dans :
0 commentaire

Le Directeur général des élections, lié au Parti libéral, veut faciliter la voie aux candidats portant le voile ou le turban.

Sources : Le Devoir, DGEQ, Ministère du Conseil exécutif #1 (Pierre Reid est présent en dessous de M. Couillard), #2 (Pierre Reid n'est pas présent en dessous de Mme Marois), Le Soleil et Entrevue téléphonique avec Le Peuple / Photo : Rama, Wikimedia, CC BY-SA 2.0 FR (Image modifiée : texte enlevé de l'enveloppe)

Le porte-parole du Rassemblement pour la laïcité (RPL), André Lamoureux, s'oppose à un changement que veut apporter le Directeur général des élections du Québec (DGEQ), Pierre Reid, à la législation québécoise. 

En effet, le DGEQ souhaite que les candidats qui portent le turban ou le voile islamique puissent se présenter plus facilement aux prochaines élections. En ce sens, il a déposé la semaine dernière une modification au règlement qui exige que les photographies des candidats électoraux soient à « tête découverte ». Les modifications doivent toutefois être approuvées par la Commission de l'Assemblée nationale.

En 2014, une candidate du Parti vert s'était vu refuser sa candidature au motif qu'elle avait fourni une photographie sur laquelle elle apparaissait affublée d'un hijab. Pour le chef du Parti vert, Alex Tyrrell, la démarche du DGEQ est donc une très bonne nouvelle.

Pour M. Lamoureux, toutefois, la nouvelle est considérée comme « un autre pas en arrière » dans une entreprise « d'affaiblissement et de diminution » du caractère laïc du Québec. Le DGEQ, souligne-t-il, est « directement associé » au Parti libéral, qui, durant les deux dernières années, a ouvert la porte aux accommodements dits religieux. « On est contre le changement du règlement. On veut le statu quo », a-t-il lancé.

Précisons que M. Reid, avant de devenir DGEQ, était secrétaire général associé du Secrétariat du Conseil exécutif au ministère du Conseil exécutif, lequel dépend directement du premier ministre lui-même. C'est d'ailleurs le gouvernement Couillard qui a soumis sa candidature en 2015.

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre.