L'éducation sexuelle polarise les électeurs en Ontario

L'éducation sexuelle polarise les électeurs en Ontario

mer, 14/02/2018 – 20:00
Posté dans :
0 commentaire

De telles tensions pourraient bientôt se transporter au Québec, où on veut enseigner la sexualité dès la prochaine rentrée.

Sources : CBC News, Gouvernement de l'Ontario et Doug Ford / Photo : CC0

Le 12 février, un des candidats pour le Parti progressiste-conservateur de l'Ontario, Doug Ford, a promis, s'il est élu à la tête du parti et de la province, de revisiter le programme d'éducation sexuelle qui a été implanté par les libéraux de Kathleen Wynne en 2015. « La façon dont le programme a été déployé est totalement inacceptable », a-t-il déclaré. « Il n'y a pas eu suffisamment de consultations avec les parents ».

Le programme d'éducation sexuelle des libéraux a fait couler beaucoup d'encre depuis qu'il a été introduit. On lui reproche notamment d'être trop explicite avec de jeunes enfants, mais aussi d'enseigner des concepts plus proches de l'idéologie que de la réalité. Ainsi, dès la fin de leur primaire, on enseigne aux enfants le concept d'« identité de genre », selon lequel une personne peut être un homme ou une femme sur la simple base de sa déclaration, sans égard pour sa réalité biologique.

M. Ford a affirmé : « L'éducation sexuelle devrait porter sur les faits et ne devrait pas enseigner l'idéologie libérale. Les parents devraient avoir le premier et dernier mot sur ce qu'ils veulent enseigner à leurs enfants ». Il a reproché aux libéraux, mais aussi aux progressistes-conservateurs, d'avoir refusé d'écouter les craintes des parents sur les changements apportés au programme d'éducation sexuelle de l'Ontario.

De telles tensions au sujet de l'éducation sexuelle pourraient très bien se transporter au Québec, car le gouvernement Couillard souhaite enseigner la sexualité aux jeunes dès la prochaine rentrée. Or, un regroupement influent composé entre autres de représentants du ministère de l’Éducation recommande aux enseignants de montrer aux jeunes des concepts similaires à ceux qui polarisent l'opinion publique en Ontario.

Aimez-vous ce journal ? Alors, cliquez ici pour nous suivre et ne rien manquer de nos derniers articles. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.