La stratégie constitutionnelle de Québec a passé dans le beurre

La stratégie constitutionnelle de Québec a passé dans le beurre

lun, 19/02/2018 – 08:00
Posté dans :
0 commentaire

Les citoyens québécois et canadiens ne s'intéressent pas à la tentative de M. Couillard de réunir le Québec et le Canada.

Source : Le Journal de Montréal / Photo : Asclepias, Wikimedia, CC BY-SA 3.0 (Image modifiée ; Tête de Steven Blaney effacée)

Récemment, on apprenait que la Politique d'affirmation du Québec et de relations canadiennes du gouvernement Couillard n'avait pas suscité beaucoup d'enthousiasme dans le Canada anglais. En effet, en date du 27 novembre 2017, les dirigeants de sept des 13 provinces et territoires du pays n'avaient toujours pas réagi à son initiative et la couverture médiatique n'avait pas reflété ses attentes.

L'exercice avait coûté près de 100 000 $ aux contribuables. Seul le milieu universitaire, semble-t-il, s'était dit ouvert au projet.

Lundi, l'Agence QMI a dévoilé que l'enthousiasme ne s'était pas plus fait sentir chez les citoyens québécois et canadiens. C'est que le gouvernement Couillard avait créé une adresse courriel dans l'espoir « d'alimenter le dialogue », mais en huit mois, l'adresse n'a reçu que quatre courriels et a servi à en envoyer un seul. D'ailleurs, le seul courriel sur lequel l'Agence QMI a pu mettre la main encourageait le gouvernement à publiciser davantage sa Politique d'affirmation du Québec.

Le cabinet du ministre des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne, toutefois, souligne que la « grande majorité de la correspondance et des commentaires » s'est faite autrement que par l'adresse courriel créée par le gouvernement. Le même cabinet avait déjà souligné, devant le peu d'intérêt du Canada anglais, que la « Politique d'affirmation du Québec est une démarche de longue haleine ».

Rappelons qu'en juin 2017, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, avait présenté son projet pour que le Québec signe la constitution et redevienne membre de la fédération canadienne. Aussitôt, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, avait déclaré que ce n'était pas dans la priorité des Canadiens et des Québécois.

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre.