Jean-François Lisée doit se défendre sur l'identité

Jean-François Lisée doit se défendre sur l'identité

ven, 23/02/2018 – 12:00
Posté dans :
1 commentaire

Lors d'une entrevue, l'animateur lui a reproché d'être flou dans ce dossier qui concerne directement les Québécois.

Source : Francs-Tireurs (12:00 à 16:15) / Photo : Amadalvarez, Wikimedia, CC BY-SA 4.0 (Image rognée et redimensionnée ; arrière-plan flouté)

En entrevue aux Francs-Tireurs, le chef du Parti québécois (PQ), Jean-François Lisée, a été confronté par l'animateur Richard Martineau sur la question de l'identité. Ce dernier lui a reproché d'être flou dans ce dossier au point où il lui a demandé : « My God, vous êtes où sur l'identité, là ? »

M. Lisée a prétendu que sa position était très claire et a affirmé que le plus grand changement qu'il voulait apporter était sur la question du français. Ainsi, s'il est élu premier ministre, il exigera que tous les immigrants aient une connaissance intermédiaire ou avancée du français. De cette façon, l'intégration pourra se faire « correctement », a-t-il clamé. Il obligera aussi les cégépiens et les universitaires à connaître le français pour obtenir leur diplôme d'études.

Toutefois, M. Lisée a défendu le multiculturalisme et a insisté sur l'idée qu'il voulait voir le « vivre ensemble » réussir. Pour cela, a-t-il dit, le Québec devra s'affirmer clairement sur certains enjeux comme l'égalité homme-femme ou la laïcité. Il interdira donc les signes religieux pour les personnes en position d'autorité comme les enseignants ou les éducatrices dans les CPE. En outre, M. Lisée introduira certaines mesures comme le CV anonyme.

Rappelons que le PQ, comme tous les autres partis politiques à l'Assemblée nationale, a approuvé un changement de règlement afin d'ouvrir davantage la porte aux accommodements religieux. Désormais, les candidats qui voudront se présenter aux élections n'auront plus à enlever leur turban ou leur voile islamique pour leur photographie, comme c'était le cas auparavant.

En commission parlementaire, le PQ, par le biais d'Agnès Maltais, avait même tenté de faire passer un amendement pour que les citoyens ne puissent pas protester contre le changement de règlement en portant, par exemple, un masque ou une cagoule. L'amendement fut rejeté.

Aimez-vous ce journal ? Alors, cliquez ici pour nous suivre et ne rien manquer de nos derniers articles. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.

Commentaires