Pierrefonds-Roxboro cède du terrain aux islamistes

Pierrefonds-Roxboro cède du terrain aux islamistes

mar, 27/02/2018 – 18:10
Posté dans :
2 commentaires

L'arrondissement a proclamé le 29 janvier la « journée de commémoration et d'action contre l'islamophobie ».

Sources : Ville de Montréal (15.02) et Pierrefonds-Roxboro (58:27 à 1:02:50 ; 1:10:30 à 1:18:34 ; 1:21:23 à 1:25:24) / Photo : CC0

L'idée d'instituer une journée nationale contre l'« islamophobie » reprend du tonus. En effet, un petit arrondissement de l'Ouest-de-l'Île adoptait, le 12 février dernier, un avis de motion dans le but de proclamer le 29 janvier la « journée de commémoration et d'action contre l'islamophobie à Pierrefonds-Roxboro ».

S'il s'agit d'une résolution municipale sans aucune portée juridique, cette proclamation risque d'être beaucoup plus qu'une simple pétition de principe puisque le maire de l'arrondissement entend souligner concrètement l'attentat du 29 janvier 2017 chaque année « afin de perpétuer la mémoire de cet évènement ».

Rappelons que c'est le Conseil national des musulmans canadiens (CNMC) – une organisation islamiste – qui soutien bec et ongles l'idée d'instituer une journée nationale contre l'« islamophobie ». Plusieurs formations politiques, à l'instar du PQ ou de la CAQ, estiment qu'il serait particulièrement malsain d'aller de l'avant avec une commémoration qui pourrait contribuer à faire passer les Québécois pour ce qu'ils ne sont pas.

D'ailleurs, un citoyen de Pierrefonds-Roxboro, Edouard Oyer, a profité de la période des questions durant ce conseil d'arrondissement pour défier le maire et son équipe en affirmant que « l'islamophobie n'a jamais été clairement définie et cela partout ailleurs au Canada ».

Le maire de l'arrondissement, Dimitrios Beis, soutient que « l'idée n'est pas seulement de formuler une déclaration [pétition de principe], mais de créer des activités commémoratives autour de cette date. » Il a ajouté : « Il est question non seulement de reconnaître ce qui s'est passé le 29 janvier 2017, mais aussi de créer des espaces de dialogue afin de discuter de toutes les formes de racisme qui peuvent nous affecter ».

Par ailleurs, l'instigateur de cette résolution estime « qu'il ne faut pas avoir peur du terme [islamophobie] : il concerne cette peur et cette haine des musulmans qui créée de la discrimination à cause de leur foi ». Il est à craindre que cette initiative fasse tache d'huile et que d'autres arrondissements emboitent le pas, comme le désire M. Beis. Un mouvement de troupes que le journal Le Peuple suivra de très près à l'avenir.

Nous avons besoin de votre aide !

Bien que notre journal soit encore tout jeune, il a connu une progression fulgurante – et ce, grâce à vous. Désormais, nous souhaitons passer à la vitesse supérieure afin de bâtir un véritable média de masse indépendant. Pour cela, nous avons besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Aidez-nous dès maintenant avec une contribution financière :

Donner de l'argent

Que pensez-vous de cet article ?