Une décision « anti-chrétienne » contestée par les conservateurs

Une décision « anti-chrétienne » contestée par les conservateurs

ven, 02/03/2018 – 14:00
Posté dans :
0 commentaire

Les conservateurs tentent de faire annuler une décision du gouvernement sur le financement des emplois d'été étudiants.

Source : Nos communesPhoto : CC0

Jeudi, à la Chambre des communes, les conservateurs sont revenus sur la décision du gouvernement Trudeau de ne pas financer les emplois d'été étudiants lorsque les employeurs n'adhèrent pas à la position du Parti libéral au sujet de l'avortement, du mariage homosexuel ou des transgenres. Cette décision avait été décrite par plusieurs associations chrétiennes comme de la discrimination à leur endroit.

Ainsi, la députée conservatrice Karen Vecchio a tenté de faire adopter une motion pour que les employeurs aient le droit à du financement « peu importe leurs convictions personnelles ». Seule condition : faire un travail apolitique et non militant, « comme nourrir les sans-abri, soutenir les réfugiés et offrir à des enfants la chance de passer du temps dans un camp ».

Le point de vue des libéraux

Un long débat s'est ensuivi. Durant celui-ci, les libéraux ont clamé qu'ils ne faisaient pas de la discrimination, mais qu'ils obligeaient les gens à respecter la loi. Or, cette dernière interdit la discrimination selon le sexe ou l'orientation sexuelle, mais aussi, depuis juin 2017, selon « l'identité ou l'expression de genre ».

« Nous accordons la priorité aux emplois créés par les employeurs qui comptent embaucher des jeunes venant de groupes sous-représentés », a ajouté Rodger Cuzner, le secrétaire parlementaire de la ministre de l'Emploi.

Le point de vue des conservateurs

Quant aux conservateurs, ils ont souligné que bien des employeurs chrétiens ne pouvaient se conformer aux positions du Parti libéral en bonne conscience. Ils ne pourront donc pas offrir des emplois d'été à des étudiants qui servent leur communauté.

Le député conservateur Harold Albrecht a donné comme exemple le cas d'une communauté évangélique qui offre des logements abordables près de l'église et qui mène à bien des projets de soins palliatifs. « [N]ous croyons que les Canadiens ont le droit d'avoir leurs propres croyances et de s'exprimer sans peur de représailles de la part du gouvernement fédéral », a-t-il affirmé.

Vote prévu le lundi 19 mars

Les députés ne sont pas parvenus à s'entendre sur le sort de la motion. Un vote sur celle-ci devrait avoir lieu le lundi 19 mars.

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre.