« C'est quoi ce jargon horrible ? », demande Maxime Bernier

« C'est quoi ce jargon horrible ? », demande Maxime Bernier

sam, 03/03/2018 – 10:20
Posté dans :
0 commentaire

Il a reproché au ministre de l'Immigration, Ahmed Hussen, de catégoriser certains Canadiens comme « racialisés ».

Sources : Twitter #1, #2, #3, #4 et #5 / Photo : Agência Brasil, WikimediaCC BY 3.0 BR (Image rognée)

Pour le ministre fédéral de l'Immigration, Ahmed Hussen, le budget 2018 du gouvernement Trudeau est un « budget historique pour les personnes racialisées ». C'est ce qu'il a écrit sur sa page Twitter cette semaine, faisant ainsi bondir le député du Parti conservateur Maxime Bernier.

« Je pensais que lutter contre la discrimination avait pour but de traiter tout le monde de la même façon », a répliqué M. Bernier sur Twitter. « Pas de catégoriser certains Canadiens comme "racialisés". C'est quoi ce jargon horrible ? Une autre façon pour les libéraux de créer des divisions qu'ils pourront exploiter ? »

M. Bernier a reçu beaucoup d'appui chez des internautes qui croient que les libéraux ne font que créer de la division. L'un de ceux-là, Ashish Anand, dit qu'il en a assez du discours libéral sur les races : « Je ne suis pas racialisé ... Je ne sais pas ce que ça veut dire ... ce n'est même pas un vrai mot. Fier de soutenir les autres Canadiens contre cette stupidité dangereuse », a-t-il écrit.

Une internaute, Fiercely Canadian Girl, parle aussi de division : « Une blague ridicule basée sur le genre et la justice sociale qui ne fait qu'encourager la division et le racisme. » Enfin, un certain « Roller » a posé une question au ministre de l'Immigration : « Si le Canada est si raciste, pourquoi êtes-vous ici ? Pourquoi êtes-vous devenu ministre ? Vos affirmations sur le ''racisme'' sont ennuyeuses et sonnent creux ».

Rappelons que le budget libéral prévoit, entre autres, 42 M$ pour défendre le multiculturalisme et 173 M$ pour aider les migrants illégaux.

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.