Les changements climatiques sont sexistes

Les changements climatiques sont sexistes

lun, 12/03/2018 – 10:00
Posté dans :
0 commentaire

C'est ce qu'a affirmé la ministre de l'Environnement, Catherine McKenna, dans un tweet qui a été moqué par les internautes.

Sources : The Economist, Twitter #1, #2, #3, ONU #1 (p. 7, point 20) et #2 / Photo : Chatham House, FlickrCC BY 2.0

Du 7 au 9 mars, un événement tenu par le journal The Economist, le Sommet mondial de l'océan 2018, a eu lieu à la Riviera Maya, au Mexique. L'objectif était d'amener des gens de divers secteurs afin qu'ils trouvent une façon de balancer « l'activité humaine avec la santé à long terme de l'océan », qu'ils jugent en danger notamment à cause des dits changements climatiques.

L'une des invitées fut la ministre fédérale de l'Environnement, Catherine McKenna. Alors qu'elle était à l'événement, elle a envoyé un message sur Twitter où elle indiquait qu'il fallait considérer les « impacts genrés des changements climatiques sur les femmes, les filles et les enfants ». Elle a ajouté : « Je suis fière que le Canada forme plus de femmes négociatrices pour qu'il y ait plus de voix féminines à la table. »

Ce faisant, Mme McKenna reprenait le langage de l'Organisation des Nations Unies (ONU), qui, dans son Programme 2030, indique que tout doit être analysé selon le « principe de l'égalité des sexes ». L'un des objectifs du Programme 2030, tel qu'indiqué par The Economist, est justement de « conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines ».

Sur Twitter, le commentaire de Mme McKenna n'est pas passé inaperçu. Ainsi, un internaute a écrit : « Est-ce qu'il pleut et neige différemment sur les hommes versus les femmes, les filles et les enfants dans votre monde ? Comment allez-vous négocier ces différences avec les dieux du climat ? » Un autre a renchéri : « Ne réalisez-vous pas que les femmes voient au travers de votre condescendance et réalisent que vous tentez d'obtenir leurs votes ? »

Ce n'est pas la première fois que Mme McKenna fait un tel lien entre les changements climatiques et la cause des femmes. À un moment, elle avait clamé sur Twitter que le « déni du [réchauffement climatique] et la misogynie semblent malheureusement aller de pair ». Les réactions avaient été tout aussi fortes. Un internaute avait lancé : « Si nous sommes en désaccord, nous sommes des misogynes ? Je suis en désaccord parce que vos politiques ne fonctionnent pas. »

Aimez-vous ce journal ? Alors, cliquez ici pour nous suivre et ne rien manquer de nos derniers articles. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.