Des députés libéraux craignent la future loi sur les armes à feu

Des députés libéraux craignent la future loi sur les armes à feu

mar, 03/13/2018 – 11:50
Posté dans :
0 commentaire

En privé, un député libéral a partagé ses craintes avec Justin Trudeau, mais il aurait été agressivement rabroué.

Sources : The Hill Times, Twitter et Spencer Fernando / Photo : CC0

Il commence à y avoir de la grogne au sein du Parti libéral à Ottawa. De retour de son désastreux voyage en Inde, le premier ministre Justin Trudeau aurait perdu patience avec l'un de ses députés lors d'une réunion du caucus le 28 février dernier sur la Colline parlementaire.

Le député en question, T.J. Harvey, de la circonscription de Tobique-Mactaquac, au Nouveau-Brunswick, s'était levé pour dire que les députés n'avaient pas été suffisamment consultés au sujet du projet de loi sur le contrôle des armes à feu que doit bientôt présenter le gouvernement. L'intervention n'aurait pas plu au premier ministre, qui, sur un ton agressif, aurait répondu au député Harvey qu'au contraire, la consultation avait été « plus que suffisante ».

Le ton utilisé par M. Trudeau en a choqué plusieurs au sein de la députation libérale. « Justin a été beaucoup trop virulent [...] », a déclaré un député qui a requis l'anonymat. « Nous sommes [...] censés avoir le droit d'exprimer notre opinion. »

Certains remettraient par ailleurs en question la présence du secrétaire principal de M. Trudeau, Gerald Butts, et de sa cheffe de cabinet, Katie Telford, lors des réunions du caucus. Ces réunions, disent-ils, ne doivent généralement se dérouler qu'avec les membres élus, un principe qu'avaient respecté les anciens premiers ministres libéraux Jean Chrétien et Paul Martin.

Gerald Butts est celui qui, au début de février, avait comparé à des nazis ceux qui avaient critiqué le premier ministre pour son fameux commentaire sur le « peoplekind ». Rappelons que lors d'une assemblée publique à Edmonton, Justin Trudeau avait repris une jeune femme qui avait prononcé le mot « mankind » en lui disant qu'il préférait le terme « peoplekind », plus inclusif selon lui.

L'intervention agressive de Justin Trudeau a suscité des commentaires sur les réseaux sociaux, entre autres celui de la journaliste Candice Malcolm : « Un député libéral [...] invite un terroriste en Inde. Trudeau dit qu'il va lui parler. Un autre député d'arrière-ban [...] s'inquiète des nouvelles lois sur les armes à feu. Trudeau perd l'esprit et crie après lui. Les priorités ! », a-t-elle écrit sur Twitter.

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre.