Justin Trudeau prend-il la visite diplomatique belge au sérieux ?

Justin Trudeau prend-il la visite diplomatique belge au sérieux ?

mer, 14/03/2018 – 07:30
Posté dans :
0 commentaire

Un drapeau allemand fut affiché par erreur tandis que Justin Trudeau n'a pas l'intention de rencontrer le roi des Belges.

Sources : CBC (Texte et vidéo), Le Journal de Montréal, La Presse et Twitter / Photo : Wim Dehandschutter, Twitter

Lundi, le roi Philippe et la reine Mathilde de Belgique ont entamé leur visite officielle au Canada en compagnie de sept ministres et de cent hommes d'affaires. Or, celle-ci a débuté avec un petit incident diplomatique alors que l'équipe de la gouverneure générale, Julie Payette, a utilisé un drapeau allemand plutôt qu'un drapeau belge.

« Pendant que nous préparions la cérémonie [...], il a été porté à notre attention qu'il y avait eu un mélange avec un petit drapeau servant à identifier l'arbre planté par Sa Majesté la reine Fabiola en 1977 », a dit Marie-Ève Létourneau, porte-parole de Julie Payette. « Nous avons rectifié la situation immédiatement, avant l'arrivée de Leurs Majestés », a-t-elle poursuivi.

Les deux dignitaires n'ont pas eu le temps de voir le drapeau allemand et le ministre des Affaires étrangères de la Belgique, Didier Reynders, ne s'en est pas indigné outre mesure. Néanmoins, le journaliste qui a remarqué cette bévue, Wim Dehandschutter, a dit en entrevue à CBC qu'il s'agissait d'une erreur « étrange ». Cette dernière a d'ailleurs fait le tour des journaux belges.

En outre, M. Dehandschutter a déploré qu'aucune visite officielle ne soit prévue entre Justin Trudeau et les dignitaires. Le roi Philippe, pourtant, a rencontré les premiers ministres de six autres pays auparavant. En conséquence, M. Dehandschutter se demande si M. Trudeau prend la visite du roi Philippe aussi sérieusement que lui.

Sur Twitter, un sénateur du Parti conservateur du Canada, Leo Housakos, a eu une remarque similaire : « [Ce] n'est pas inhabituel pour le gouverneur général de recevoir les dirigeants en visite. Cependant, considérant [que le premier ministre] trouve le temps de rencontrer des terroristes et autres personnes au caractère douteux, il aurait pu essayer de trouver du temps pour cela. »

Par la suite, le gouvernement canadien a fait savoir qu'un conflit d'horaires empêchait M. Trudeau de rencontrer le roi Philippe.

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre.