Jean-François Lisée enverrait lui aussi des immigrants en région

Jean-François Lisée enverrait lui aussi des immigrants en région

mer, 14/03/2018 – 08:50
Posté dans :
1 commentaire

En région, des citoyens reprochent aux politiciens de ne pas les écouter au sujet de l'immigration.

Sources : Le Quotidien, Facebook #1 et #2 / Photo : Amadalvarez, Wikimedia, CC BY-SA 4.0 (Image rognée ; bras enlevé)

Mardi, le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, était au Cercle de presse de Saguenay pour discuter de divers sujets. À un moment, il a déclaré qu'il enverrait des immigrants en région pour, dit-il, pallier la pénurie de main-d'oeuvre.

Sa politique d'immigration, a-t-il affirmé, prioriserait même les candidats qui voudraient travailler en région plutôt qu'à Montréal. Néanmoins, M. Lisée aimerait qu'ils puissent apprendre le français avant d'arriver au Québec. Les immigrants seraient aussi triés selon leurs compétences professionnelles.

En faisant cette déclaration, M. Lisée a repris à son compte le message que le ministre provincial de l'Immigration, David Heurtel, avait martelé sur la nécessité de l'immigration économique lorsqu'il avait fait le tour des régions en automne dernier.

Récemment, des politiciens de quatre municipalités régionales de comté (MRC) en Estrie ont favorablement répondu à l'appel de M. Heurtel. En effet, ils ont annoncé qu'ils rejoignaient le Programme Mobilisation-Diversité pour « faciliter l'établissement durable des nouveaux arrivants et l'attraction des personnes immigrantes pour combler les emplois disponibles ».

Notons que malgré le consensus chez les politiciens, des experts et des professeurs remettent en question l'idée selon laquelle l'immigration est nécessaire pour l'économie du Québec.

Selon eux, si la pénurie de main-d'oeuvre est réelle, il faudrait plutôt miser sur d'autres solutions comme la robotisation, un réaménagement du travail des employés, une offre de formation accrue ou de meilleures conditions de travail. On souligne aussi que bien des travailleurs âgés seraient enclins à retourner au travail si on leur permettait de travailler en partie à la maison ou à temps partiel.

C'est sans compter que les populations locales sont souvent hésitantes par rapport à cette immigration que semblent tant désirer les politiciens. Ainsi, à la suite de l'annonce des quatre MRC de l'Estrie, plusieurs citoyens ont dit sur Facebook qu'ils auraient aimé être consultés avant toute décision.

Nous avons besoin de votre aide !

Bien que notre journal soit encore tout jeune, il a connu une progression fulgurante – et ce, grâce à vous. Désormais, nous souhaitons passer à la vitesse supérieure afin de bâtir un véritable média de masse indépendant. Pour cela, nous avons besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Aidez-nous dès maintenant avec une contribution financière :

Donner de l'argent

Commentaires

Il ne faut pas prendre les immigrés illégaux, il faut choisir ceux qui peuvent apporter un plus à notre économie. Comme nous sommes une minorité française dans cette mer anglophone, il faut axer l'immigration francophone , par contre il doit y avoir un seuil sur le nombre

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.