Jagmeet Singh questionné sur ses liens avec le séparatisme sikh

Jagmeet Singh questionné sur ses liens avec le séparatisme sikh

ven, 16/03/2018 – 11:00
Posté dans :
1 commentaire

Dans une vidéo, on le voit aux côtés d'un homme qui juge la violence « inévitable » pour obtenir un État sikh indépendant.

Sources : The National Post et CBC News / Photo : BGM Riding Association, WikimediaCC BY-SA 3.0 (Image rognée)

Le Globe and Mail rapportait mercredi que le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Jagmeet Singh, avait pris part à un rassemblement séparatiste sikh à San Francisco en juin 2015. Jeudi, c'était au tour du National Post de révéler la présence de M. Singh à un autre événement du genre organisé par la National Sikh Youth Federation (NSYF), dans la banlieue de Londres en février 2016.

Dans une vidéo postée sur YouTube par la NSYF à propos de cet événement, on peut voir M. Singh qui s'adresse à un auditoire au sujet des principes sikhs d'égalité et d'indépendance. Un autre intervenant, Shamsher Singh, avait quant à lui affirmé que la lutte pour l'accession à la souveraineté du Khalistan rendait la violence inévitable.

Le Khalistan est l'État revendiqué par les séparatistes sikhs. Or, une aile radicale de ce mouvement prône la violence pour parvenir à ses fins. À ce sujet, M. Singh a senti le besoin d'apporter des précisions jeudi sur ses positions. C'est que peu de temps après avoir remporté le leadership du NPD en octobre dernier, M. Singh, en entrevue à la CBC, avait refusé de dénoncer un terroriste sikh, Talwinder Singh Parmar, considéré comme le cerveau de l'attentat à la bombe contre un avion d'Air India en 1985. Cet attentat avait fait 329 morts, dont 268 Canadiens.

« Une enquête a été menée sur cet horrible acte terroriste. [Elle] a identifié spécifiquement Talwinder Singh Parmar [comme le responsable de l'attentat], et j'accepte les conclusions de l'enquête », a-t-il finalement déclaré jeudi à la CBC, précisant toutefois que contrairement à lui, des membres de sa communauté n'ont pas accepté les conclusions de l'enquête.

Aimez-vous ce journal ? Alors, cliquez ici pour nous suivre et ne rien manquer de nos derniers articles. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.

Commentaires