Une nouvelle tuile s'abat sur Jagmeet Singh

Une nouvelle tuile s'abat sur Jagmeet Singh

sam, 17/03/2018 – 07:30
Posté dans :
1 commentaire

Le Toronto Sun a appris qu'il entretient des liens d'amitié avec un rappeur d'origine sikhe qui glorifie la violence.

Source : The Toronto Sun / Photo : BGM Riding Association, WikimediaCC BY-SA 3.0 (Image rognée)

Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Jagmeet Singh, entretient des liens d'amitié avec un rappeur canadien d'origine sikhe qui glorifie la violence et soutient l'indépendance du Khalistan, a appris le Toronto Sun. Le rappeur, Chani Natt, a diffusé des vidéos sur YouTube qui illustrent plutôt bien ses prises de position.

Par exemple, la vidéo d'une chanson appelée « ROOSE » présente des images d'hommes portant des turbans noirs et transportant du matériel militaire. On y voit également le drapeau jaune du mouvement indépendantiste du Khalistan, l'État revendiqué par les séparatistes sikhs.

Une autre vidéo du rappeur, celle-là plus compromettante, met en scène un acteur qui tire des balles sur une photographie représentant l'ex-première ministre de l'Inde, Indira Gandhi, qui a été assassinée par ses gardes du corps sikhs en 1984.

Le Toronto Sun a exhibé trois photographies de Jagmeet Singh sur lesquelles on le voit en compagnie de Chani Natt.

Le chef du NPD a beaucoup fait parler de lui cette semaine. Le Globe and Mail rapportait mercredi qu'il avait pris part à un rassemblement séparatiste sikh à San Francisco en juin 2015. L'événement rendait hommage à Jarnail Singh Bhindranwale, un chef religieux sikh qui a été tué dans l'attaque de l'armée indienne contre le Temple d'Or en 1984.

Puis le National Post, jeudi, a révélé la présence de M. Singh à un autre événement du genre organisé par la National Sikh Youth Federation (NSYF), dans la banlieue de Londres en février 2016. Durant cet événement, un autre intervenant, Shamsher Singh, avait affirmé que la lutte pour l'accession à la souveraineté du Khalistan rendait la violence inévitable.

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.

Commentaires