Les conservateurs veulent élargir la définition de « bestialité »

Les conservateurs veulent élargir la définition de « bestialité »

ven, 03/30/2018 – 10:30
Posté dans :
2 commentaires

Selon la loi actuelle, des attouchements sexuels sont insuffisants pour déclarer une personne coupable de bestialité.

Sources de l'article : Facebook et The StarSource de la photo : S Mair, Flickr, CC BY 2.0 (Image rognée et redimensionnée ; arrière-plan modifié)

En décembre dernier, la députée conservatrice Michelle Rempel avait déposé le projet de loi C-388 visant à élargir la définition de bestialité dans le Code criminel. Le projet de loi définit la bestialité comme étant « tout contact par une personne, à des fins sexuelles, avec un animal ».

La députée Rempel justifiait sa position en se basant sur une décision de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique qui avait acquitté un homme accusé de bestialité. L'homme avait agressé sexuellement ses deux belles-filles durant une décennie et, à quatre reprises, le chien de la famille avait été impliqué dans les sévices. Or, l'homme en question avait été acquitté d’un des chefs de bestialité en Cour d’appel de la Colombie-Britannique parce qu’il n’y avait pas eu pénétration.

Dans une vidéo qu'elle a publiée jeudi, Mme Rempel a déploré que le gouvernement n'ait pas pris le temps d'étudier son projet de loi. Elle prévoit donc lancer une pétition dans quelques semaines pour qu'il change son fusil d'épaule.

L'an dernier, le député libéral Nathaniel Erskine-Smith avait présenté le projet de loi C-246 qui proposait aussi d'élargir la définition de bestialité pour inclure toute activité sexuelle entre les personnes et les animaux. Or, le projet n'a pas passé en chambre.

Commentaires

Quand un ou des hommes commettent des actes sexuels ou autres imitant ceux de la bête....désolée, mais cela dépasse les limites humaines permises et acceptables en société. Des relations sexuelles répétées sans arrêt par plusieurs partenaires masculins, des coups portés à la femme afin d'augmenter le plaisir et ou montrer la puissance de l'homme, des cas d'incestes, avec des animaux ou des objets hors normes....tous ces actes sont portés avec bestialité car ils n'amènent pas la partenaire au plaisir dans ces relations mais à l'angoisse, à la douleur et aux traumatismes tant physiques que psychologiques. La loi devrait être améliorée afin de protéger les partenaires tant hommes / femmes afin d'éviter de telles atrocités et que justice soit rendue dans les cas d'abus bestiales.

Dans ces situations, on peut dire que l'homme est vraiment au niveau de la bête, avec toutes mes excuses pour les animaux.
Quant à moi, ce n'est pas en prison que ces hommes doivent allés mais bien dans une aile psychiatrique.

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre.