Les libéraux ont échoué à intégrer les immigrants, dit la CAQ

Les libéraux ont échoué à intégrer les immigrants, dit la CAQ

ven, 30/03/2018 – 17:10
Posté dans :
0 commentaire

C'est pourquoi elle veut faire passer le seuil d'immigration de 50 000 à 40 000 par année, un seuil qui demeurerait élevé.

Source de l'article : Assemblée nationaleSource de la photo : ThomasVerville, WikimediaCC BY-SA 4.0

Pour un député de la Coalition Avenir Québec (CAQ), François Bonnardel, les accusations du gouvernement Couillard à l'endroit de son parti sont de la « merde ». C'est en chambre, jeudi, qu'il a formulé ses plaintes, avant d'être rappelé à l'ordre par la présidente de l'Assemblée nationale, Maryse Gaudreault.

M. Bonnardel faisait référence au dossier de l'immigration. Il remettait en question les politiques gouvernementales à cet égard, avant d'exécuter sa pirouette langagière. Pour le député de la CAQ, il est faux de croire que le Québec réussit à intégrer ses immigrants. C'est pourquoi, a-t-il dit, un gouvernement caquiste diminuerait le seuil d'immigration et mobiliserait les ressources afin de mieux les intégrer.

« [...] [O]n va s'assurer que les 40 000 qu'on va choisir, qui vont participer à la vitalité économique du Québec, ce sera une réussite. C'est le défi qu'on va se donner, puis on va réussir », a-t-il déclaré.

En entrevue à TVA Nouvelles l'été dernier, le chef de la CAQ, François Legault, estimait que le Québec avait dépassé sa capacité d'intégration. C'est pourquoi il veut fixer le seuil à 40 000 immigrants par année, au lieu des 50 000 actuels. Même avec ce taux, a-t-il souligné dernièrement en conférence de presse, le Québec recevrait encore, toutes proportions gardées, plus d'immigrants que les États-Unis ou la France.

Les chiffres tendent à donner raison à M. Legault. L'Agence QMI rapportait en novembre dernier que les cours de francisation étaient boudés par les immigrants économiques. La CAQ veut d'ailleurs rendre la francisation obligatoire pour tous les immigrants.

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre.