Les autorités anticipent 400 migrants illégaux par jour cet été

Les autorités anticipent 400 migrants illégaux par jour cet été

lun, 04/16/2018 – 15:00
Posté dans :
1 commentaire

En conséquence, Québec demande au fédéral de prendre en charge les migrants après un certain seuil.

Sources de l'article : TVA Nouvelles et Gouvernement du Québec / Source de la photo : Environnement et changement climatique Canada, FlickrCC0 1.0

Québec commence à s'inquiéter du flot continu de migrants illégaux qui franchissent la frontière et presse Ottawa d'agir. Le gouvernement Couillard vient d'annoncer qu'il limitera à 85 % le taux d'occupation des quatre centres québécois d'hébergement temporaire. À plus de 85 % de taux d'occupation, ce sera au fédéral de prendre en charge les demandeurs d'asile.

Quatre endroits ont été désignés comme centres d'hébergement temporaire : le YMCA de Montréal, Boscoville, le centre de soins prolongés Grace Dart et l'ancien hôpital Royal Victoria. Or, la capacité de ces centres sera désormais limitée à 1 850 places. Selon TVA Nouvelles, jusqu'à présent, ce taux oscillerait autour de 70 à 80 %, mais il avait atteint 86 % durant le congé de Pâques.

Des sources de TVA ont indiqué que le gouvernement fédéral s'attend à recevoir de 300 à 400 entrées illégales par jour l'été prochain. En 2017, le Québec a reçu 18 836 migrants illégaux, et le reste du Canada, 1 757. En tout, la province a reçu 24 980 demandeurs d'asile, ce qui représente une augmentation de 700 % par rapport aux années précédentes.

Par ailleurs, Québec cherche toujours à se faire rembourser la facture de 146 millions que lui ont coûtée les migrants illégaux l'an dernier. Il a essuyé un refus il y a quelques semaines de la part du ministre de l'Immigration, Ahmed Hussen.

Au fédéral, le Parti conservateur demande au gouvernement Trudeau de négocier avec les États-Unis pour endiguer le flot de migrants illégaux. Jusqu'à présent, cette demande est restée lettre morte.

Commentaires

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre.