La laïcité doit s'appliquer à tout le monde, dit Yvon Deshaies

La laïcité doit s'appliquer à tout le monde, dit Yvon Deshaies

mer, 18/04/2018 – 07:10
Posté dans :
0 commentaire

M. Deshaies est ce maire qui veut dénoncer le double standard avec le hijab en remettant la prière et le crucifix de l'avant.

Source de l'article : FM93 (00:00 à 07:00) / Source de la photo : CC0

Le maire de Louiseville, Yvon Deshaies, prévoit de réintégrer la prière et le crucifix à l'hôtel de ville, malgré le jugement de la Cour suprême pour les interdire. Il assure qu'il ne reculera pas et que sa décision sera en vigueur pour le conseil municipal de juin.

Cette annonce survient alors que Québec souhaite permettre à une étudiante en techniques policières, Sondos Lamrhari, de porter le hijab dans le cadre de ses futures fonctions.

« Je vous dis pas que je suis en faveur [de] la prière, non pas du tout », a expliqué M. Deshaies en entrevue au FM93. Il a poursuivi : « La laïcité au Québec, il faut qu'elle [soit pour] le Québec au complet. » Il a justifié sa position en mentionnant la commission Bouchard-Taylor, dont le rapport a été jeté aux oubliettes par le gouvernement libéral de l'époque.

M. Deshaies croit que les Québécois doivent dire haut et fort, « sans faire de guerre », qu'ils en ont assez. Il a pris comme exemple les États-Unis qui, eux aussi, reçoivent beaucoup d'immigrants de diverses croyances. Toutefois, la religion de la majorité est respectée et ne soulève pas les passions comme ici. Barack Obama complétait même ses discours en disant : « Que Dieu nous bénisse ! »

M. Deshaies s'attend à ce que la pénurie de main-d'oeuvre à Louiseville façonne différemment la communauté de la région dans les prochaines années. Bref, il se prépare à recevoir des immigrants, dont des musulmans. Sa position est claire : « La religion, est-ce qu'on peut mettre ça de côté, pour être bien ensemble ? »

Aimez-vous ce journal ? Alors, cliquez ici pour nous suivre et ne rien manquer de nos derniers articles. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.