Ottawa refuse de jeter un ex-tueur de l'État islamique en prison

Ottawa refuse de jeter un ex-tueur de l'État islamique en prison

sam, 12/05/2018 – 18:20
Posté dans :
3 commentaires

Pourtant, Abu Huzaifa al-Kanadi a avoué avoir tué de sang-froid des prisonniers du groupe terroriste.

Sources de l'article : Chambre des communes et The New York Times (00:00:40 à 02:30 ; 04:10 à 04:59 ; 06:24 à 11:31) / Source de la photo : Thierry Ehrmann, FlickrCC BY 2.0

Comme le journal le rapportait il y a deux jours, Abu Huzaifa al-Kanadi se balade en toute liberté sans avoir été accusé de terrorisme, et ce, même s'il a fait partie de l'État islamique (EI). Il est tellement libre qu'il a pu récemment accorder une longue entrevue au New York Times (NYT), qui en a fait un podcast.

Dans ce podcast, al-Kanadi dit avoir participé à l'assassinat d'opposants à l'État islamique. Il est même allé jusqu'à décrire le rituel qui conduisait à la mise à mort des prisonniers. Lorsqu'il est revenu au pays, l'ex-terroriste a été interrogé par le Service canadien du renseignement de sécurité, mais il n'a jamais été appréhendé.

Or, pour les conservateurs, cet homme mérite la prison. Mercredi en chambre, le député James Bezan, faisant référence à al-Kanadi, a demandé au premier ministre pourquoi il laissait les « terroristes assoiffés de sang » en toute liberté au lieu de les jeter en prison. Fidèle à sa ligne directrice, Justin Trudeau a accusé les conservateurs de vouloir « semer la peur ».

Vendredi, ce fut au tour des députés Pierre Paul-Hus et Candice Bergen d'aborder la question aux Communes et de répéter à peu de choses près la question de leur collègue James Bezan. Le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, a refusé de parler d'al-Kanadi, se bornant à rassurer les Canadiens « que les services policiers et les organismes de sécurité font tout ce qui est nécessaire pour [que les citoyens] soient en sécurité ».

Le réseau CBC avait lui aussi réalisé une entrevue avec Abu Huzaifa al-Kanadi, en septembre dernier. L'ex-terroriste se disait alors « déradicalisé ».

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.

Commentaires

Le gouvernement canadien, aveuglé par son multiconfessionnalisme pro-islamiste, devra être tenu responsable des futures victimes du terrorisme religieux parmi nos concitoyens.

Nos gouvernements ont ouvert la boîte de Pandore. Il en résulte que le mal prime et les innocents sont condamnés à vivre dans l'isolement. Ils ont traversé nos frontières tel un cheval de Troie: une guerre de pensées, de mots, de mode de vie dans lesquels nous sommes prisonniers, muselés dans notre propre pays.

...c'est de la merde ! Un assassin est blanchis, un riche qui fait de l'évasion fiscale est bénis, un simple contribuable...lui, doit payer ses impôts rubis sur l'ongle, ou...la prison.