Yvon Deshaies se prépare à réintroduire la prière municipale

Yvon Deshaies se prépare à réintroduire la prière municipale

mar, 15/05/2018 – 14:40
Posté dans :
2 commentaires

M. Deshaies est ce maire qui veut protester contre le double standard actuel au sujet des signes religieux.

Source de l'article : Le NouvellisteSource de la photo : CC0

Lors du conseil municipal de lundi, le maire de Louiseville, Yvon Deshaies, a affirmé qu'il comptait toujours réintroduire la prière au conseil municipal afin de protester contre les accommodements religieux. « Je ne suis pas plus catholique qu’un autre. Mais quand on donne des droits à un, il faut qu’on donne les mêmes droits à l’autre », a-t-il dit.

M. Deshaies avait annoncé sa décision, il y a quelques semaines, alors que Québec veut permettre à une étudiante en techniques policières de porter le hijab dans sa future carrière. Toutefois, les détracteurs de M. Deshaies n'ont pas pu faire connaître leur mécontentement, car ce dernier a bloqué tout débat jusqu'à la séance du 11 juin.

« Croyez-moi, on va en parler [le 11 juin] ! », a-t-il assuré. Entre-temps, il déposera un projet pour codifier le retour de la prière durant les séances du conseil. « Les gens auront un mois pour y penser. Le 11, en séance privée, on va décider. À l’unanimité ou à la majorité », a-t-il déclaré.

Rappelons que M. Deshaies s'expose à une poursuite judiciaire. En effet, la Cour suprême du Canada a statué que la prière dans les institutions publiques était interdite au nom de la neutralité religieuse. Toutefois, M. Deshaies estime qu'en matière d'accommodement religieux, les Québécois doivent dire haut et fort, « sans faire de guerre », qu'ils en ont assez.

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre.

Commentaires

Le maire est terriblement mélangé et ignorant en comparant la demande de porter un hidjab chez la police et une prière dans un Conseil municipal . Le premier n'a rien à voir avec le prosélytisme alors que le deuxième est un acte purement relié au prosélytisme.