CBC attise le ressentiment contre l'homme blanc hétérosexuel

CBC attise le ressentiment contre l'homme blanc hétérosexuel

mer, 13/06/2018 – 18:15
Posté dans :
0 commentaire

En ondes, une professeure de race noire a déclaré que Doug Ford a été élu parce qu'il est un homme blanc hétérosexuel.

Voici la ou les sources de cet article : CBC News et Twitter #1 et #2 / Voici la source de la photo : Chicoutimi, WikimediaCC BY-SA 3.0

Delores Mullings, une professeure de race noire à la Memorial University de St. John's, à Terre-Neuve, a déclaré sur les ondes radio du réseau CBC que le nouveau premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, a été élu parce qu'il est un homme blanc hétérosexuel.

« Je ressens beaucoup de désespoir pour la population de l'Ontario et pour le Canada en général », a-t-elle ajouté durant un appel qu'elle a effectué lors des lignes ouvertes de l'émission radiophonique Cross Country Checkup, animée par Duncan McCue.

Mme Mullings a répété la rhétorique favorisée par certains Noirs depuis quelque temps, celle du « privilège blanc ». « En tant qu'homme blanc et hétérosexuel, [Doug Ford] n'a pas vraiment besoin de se légitimer pour que les gens croient en son histoire et votent pour lui », a-t-elle dit.

Pourtant, elle a avoué elle-même que M. Ford a reçu l'appui des électeurs « racialisés » de l'Ontario, en particulier dans la banlieue de Toronto, là où les électeurs d'origine asiatique se seraient rangés du côté du nouveau premier ministre.

La question du « privilège blanc » a pris d'assaut le Canada au cours de la dernière année. Rappelons-nous cette prise de bec entre le député conservateur Maxime Bernier et la députée libérale Celina Caesar-Chavannes.

Sur le fil Twitter de CBC, les critiques n'ont pas tardé à s'imposer. Un internaute, par exemple, a écrit ceci : « Je pensais que Radio-Canada s'opposait à offrir une plateforme à des bigots haineux ».

« Bigote » est aussi le terme que la journaliste du Toronto Sun, Candice Malcolm, a utilisé sur Twitter pour décrire Delores Mullings. Elle a surtout blâmé la CBC de lui avoir accordé du temps d'antenne. « Un autre joyau du radiodiffuseur d'État, imposant toujours cette absurde politique de l'identité », a-t-elle écrit.

Aimez-vous ce journal ? Alors, cliquez ici pour nous suivre et ne rien manquer de nos derniers articles. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.