L'étau se resserre autour de la liberté d'expression

L'étau se resserre autour de la liberté d'expression

jeu, 28/06/2018 – 17:30
Posté dans :
1 commentaire

Facebook, avec l’Agence France-Presse (AFP), lancera bientôt un outil dédié à la lutte aux « fausses nouvelles » au Canada.

Voici la ou les sources de cet article : La Presse #1, #2 et Centre de la sécurité des télécommunicationsVoici la source de la photo : CC0

Le gouvernement canadien promettait, au sortir du Sommet économique mondial de Davos, en janvier 2017, de lutter contre les « fausses nouvelles » et avait mandaté Mélanie Joly, ministre du Patrimoine canadien, pour qu’elle organise des rencontres « informelles » avec plusieurs leaders de la presse et des médias sociaux.

Par la suite, l’équipe Trudeau n’a pas pris de temps pour mettre en action son plan de match à l’effet de mettre en branle une concertation serrée avec les géants de l’information, incluant Facebook aux premiers rangs.

Facebook prend les devants

Le journal Le Peuple soulignait d’ailleurs, en décembre dernier, que Kevin Chan, directeur des politiques publiques au sein de la compagnie Facebook, avait déjà rencontré des ministres du cabinet Trudeau dans le courant de l’année 2017. Il appert que M. Chan aurait participé à plusieurs rencontres auxquelles assistait une brochette de ministres canadiens.

Par ailleurs, en septembre dernier, on apprenait que Facebook voulait mettre sur pied un projet en vue de « protéger » le Canada contre les « fausses nouvelles ». Des experts avaient alors dit craindre une dérive autoritaire de l'entreprise américaine, laquelle pourrait se mettre à censurer des informations, non pas parce qu'elles seraient fausses, mais parce qu'elles seraient contraires à un certain point de vue désormais placé au rang de Vérité.

Vers un système de censure bien rôdé

Les agences de renseignement canadienne et américaine portent une attention soutenue à l’ingérence des « fausses nouvelles » dans le déroulement du processus électoral. C’est ce qui motive le Centre de sécurité des télécommunications du Canada (CSTC, le pendant de l’agence américaine NSA) à suggérer au gouvernement de prendre les grands moyens afin d’éviter que les prochaines élections fédérales ne fassent l’objet d’une campagne de « fausses nouvelles ».

Dans un document produit par le CSTC, intitulé « Cybermenaces contre le processus démocratique du Canada », on peut lire que « l’expansion rapide des médias sociaux et le déclin des sources d’information faisant autorité rendent la tâche plus facile aux adversaires qui utilisent leurs cybercapacités et d’autres méthodes pour faire des campagnes de désinformation et de propagande ». C’est donc dire que le gouvernement entend attaquer de plein fouet ce fameux dossier des « fausses nouvelles ».

Il semblerait que Facebook ait pris les devants pour instaurer un nouveau système de contrôle des contenus mis en ligne par ses usagers. Kevin Chan soulignait récemment en entrevue avec La Presse vouloir mettre en place un système de validation des contenus qui permettra à une équipe de vérificateurs de traiter des contenus qui semblent problématiques et qui auront été signalés par les utilisateurs.

Par la suite, les « contenus vérifiés » seront classés en catégories déterminant s’ils sont faux, vrais, un mélange entre les deux ou pas encore évalués. Tout cela est bien beau, mais plusieurs s’inquiètent de la probabilité que Facebook ait reçu une commande politique lui intimant de se pencher sur certains « contenus problématiques » en termes politiques.

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.

Commentaires

.
Kevin Chan est responsable de l'exécution du programme anti-'fake news' de Facebook au Canada. Auparavant, il a été directeur des politiques du cabinet du chef du Parti libéral du Canada, Michael Ignatieff.

Et qu'est devenu Michael Ignatieff ? Il est recteur de l'Université d’Europe centrale de de Georges Sorros à Budapest en Hongrie.

Avec le patriote Orban qui vient d'être réélu en Hongrie, Ignatieff va bientôt perdre son job. Orban va fermer cette université de la 5e colonne multiculturaliste.

https://www.spencerfernando.com/2018/06/27/report-top-facebook-represen…

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1107999/combat-michael-ignatieff-d…