L'immigration est-elle une bonne ou une mauvaise chose ?

L'immigration est-elle une bonne ou une mauvaise chose ?

ven, 13/07/2018 – 10:45
Posté dans :
1 commentaire

Pour l'ONU, la question est inutile, car la mobilité humaine, comme elle l'appelle, est irréversible et doit être acceptée.

Voici la ou les sources de cet article : ONU #1#2 et #3 / Voici la source de la photo : CC0

Dans deux billets publiés jeudi, la Représentante spéciale de l'ONU pour les migrations internationales, Louise Arbour, et le Secrétaire général de l'organisation, António Guterres, ont senti le besoin de polir l'image des migrants à l'heure où de plus en plus de pays rechignent à l'idée d'accueillir des réfugiés.

Les pays occidentaux sont submergés par des vagues migratoires, ce qui, dans certaines régions de l'Europe, exacerbe les tensions raciales. Le Québec n'est d'ailleurs pas épargné par le phénomène, lui qui est aux prises depuis plus d'un an avec un flot régulier de migrants illégaux à sa frontière avec les États-Unis.

Ces problèmes ne semblent pourtant pas ébranler la confiance des dirigeants de l'ONU qui ne souhaitent qu'une chose : mettre en valeur les aspects positifs de la migration internationale. Pour Louise Arbour, puisque de toute façon cette migration internationale est irréversible, autant, donc, l'accepter sans broncher. Pour António Guterres, les migrants ne sauraient être autre chose qu'un « moteur remarquable de croissance ».

L'Assemblée générale de l'ONU s'apprête en ce sens à se mettre d'accord sur un « Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières ». Une initiative, rappelle Mme Arbour, qui remonte à la Déclaration de New York sur les réfugiés et migrants du 19 septembre 2016.

Faut-il rappeler que cette déclaration adhère à une logique qui promeut une sorte de fédéralisme mondial, projetant l'État-nation loin en arrière. L'ONU y interdit « toute discrimination fondée sur la race, la couleur, le sexe, la langue, la religion, l'opinion politique ou toute autre opinion, l'origine nationale ou sociale, la fortune, la naissance ou toute autre situation » à l'endroit des migrants. Surtout, les migrants illégaux, selon la déclaration, devraient tous être traités comme des migrants « légaux ».

Nous avons besoin de votre aide !

Le premier ministre Justin Trudeau s'est allié aux médias traditionnels en leur offrant près de 600 millions de dollars. Au média Le Peuple, nous refusons toute aide gouvernementale. Afin de survivre et de devenir un véritable média de masse indépendant, nous avons cependant besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Aidez-nous financièrement en achetant un abonnement :

Acheter un abonnement

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Que pensez-vous de cet article ?