The Montreal Gazette fait le procès des Québécois francophones

The Montreal Gazette fait le procès des Québécois francophones

sam, 14/07/2018 – 11:00
Posté dans :
1 commentaire

Pour un éditorialiste de ce journal anglophone, les Québécois n'ont rien compris au sujet de l'affaire SLĀV.

Voici la ou les sources de cet article : The Montreal GazetteVoici la source de la photo : Dooblem, WikimediaCC BY-SA 3.0

Dans un texte publié jeudi dans le journal The Montreal Gazette, l'éditorialiste Brendan Kelly a fait le procès des Québécois francophones qui se sont insurgés contre l'annulation du spectacle SLĀV. Ce spectacle, rappelons-le, avait été annulé par le Festival international de jazz de Montréal (FIJM) parce qu'il avait été l'objet d'une attaque en règle d'activistes d'extrême gauche qui le considéraient comme une « appropriation raciste de la culture noire ».

Pour Brendan Kelly, le débat va au-delà de SLĀV. L'éditorialiste, qui se dit lui-même défenseur du fait français au Québec, affirme que « les producteurs, cinéastes, écrivains et chroniqueurs francophones doivent se réveiller et se rendre compte que la liberté d'expression ne signifie pas que l'on peut écrire tout ce que l'on veut à propos de n'importe quel groupe ».

Il trouve que les Québécois francophones pressent trop vite sur la détente quand vient le temps de s'en prendre à la rectitude politique. Il en veut pour preuve le débat entourant le « blackface », ce phénomène qui consiste à employer un acteur blanc pour lui faire jouer le rôle d'un personnage noir. Brendan Kelly s'étonne à ce sujet que « partout en Amérique du Nord, l'idée d'un acteur blanc peignant son visage en noir pour dépeindre un personnage noir est [...] vouée à l'échec », mais pas au cœur du Québec francophone.

Si les gens de la communauté noire sont contrariés, écrit-il, alors les francophones doivent les écouter, comme ils doivent aussi tendre l'oreille aux autres minorités de la province. Mais surtout, ils doivent cesser de « crier à la censure ». Il ajoute que puisqu'ils font eux-mêmes partie d'un groupe minoritaire, les francophones devraient sympathiser avec les préoccupations des autres minorités.

Nous avons besoin de votre aide !

Bien que notre journal soit encore tout jeune, il a connu une progression fulgurante – et ce, grâce à vous. Désormais, nous souhaitons passer à la vitesse supérieure afin de bâtir un véritable média de masse indépendant. Pour cela, nous avons besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Aidez-nous dès maintenant avec une contribution financière :

Donner de l'argent

Que pensez-vous de cet article ?