Le Parti Québécois souhaite que Netflix soit mis au pas

Le Parti Québécois souhaite que Netflix soit mis au pas

jeu, 19/07/2018 – 14:00
Posté dans :
1 commentaire

Deux représentants du PQ incitent le nouveau ministre de Patrimoine Canada à revoir la fiscalité concernant Netflix.

Voici la ou les sources de cet article : PQVoici la source de la photo : Netflix

Netflix doit être mis au pas selon un communiqué mis en ligne, mercredi, sur le site officiel du Parti Québécois (PQ). L'opposition officielle au Québec estime que Justin Trudeau devrait « faire marche arrière [afin] de corriger l'iniquité fiscale qu'il a établie précédemment entre le géant américain Netflix et les artisans d'ici ».

Les géants du net contournent la fiscalité

Un article du quotidien Le Peuple avait, déjà, souligné que Netflix est un média en ligne qui n'est pas assujetti à la réglementation traditionnelle, ce qui lui permet d'échapper aux mesures de quotas ou de taxes sur le contenu qui sont imposées, d'ordinaire, aux médias radiotélévisés.

En contrepartie, Netflix s'est engagée à investir 500 millions au cours des cinq prochaines années pour la production d'émissions et de séries canadiennes, dont 25 millions pour le marché francophone, dans le cadre d'une entente conclue avec Ottawa, laquelle a soulevé l'ire de la communauté artistique au Québec.

Une entente qui défavorise nos entreprises

Le PQ estime que cette fameuse entente conclue entre l'équipe Trudeau et Netflix, à l'époque où Mélanie Joly s'occupait du dossier, défavorise les créateurs, travailleurs et autres entreprises actives dans le milieu culturel québécois. Voilà pourquoi les principaux intéressés souhaitent que le nouveau ministre du Patrimoine canadien, Pablo Rodriguez, reprenne en main le dossier concernant Netflix.

C'est ce qui pousse Pascal Bérubé, porte-parole en matière d'identité nationale, à affirmer que « la gestion du dossier Netflix aura précarisé nombre de nos artisans québécois et aura coûté cher à de nombreux producteurs et artistes d'ici. Le Parti Québécois a été le premier à sonner l'alarme et à demander à ce que Netflix, comme tous les géants du Web, paye ses taxes et ses impôts ».

Nicolas Marceau, porte-parole en matière de finances et de relations Québec‑Canada, met les points sur les i en demandant « au nouveau ministre du Patrimoine canadien, Pablo Rodriguez, de revoir cette mauvaise entente et d'intervenir rapidement pour rétablir l'équité entre la multinationale et les diffuseurs d'ici ». Il conclut : « Il n'est pas trop tard pour bien faire. »

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.

Commentaires

que ce nouveau ministre aura de la "colonne" pour se tenir debout devant ce géant qui se croit tout permis.
Qu'il paie son dû comme tous les autres.
Finis les passe-droits.