La CAQ se tire dans le pied au sujet du racisme systémique

La CAQ se tire dans le pied au sujet du racisme systémique

mar, 31/07/2018 – 14:35
Posté dans :
0 commentaire

C'est ce que soutient une candidate d'origine roumaine-hongroise de Citoyens au Pouvoir (CAP) dans une vidéo pré-électorale.

Voici la ou les sources de cet article : Facebook (Citoyens au pouvoir), Citoyens au pouvoir et Le DevoirVoici la source de la photo : Vidéo Facebook Daniel Pilon, Citoyens au Pouvoir

Depuis quelque temps, la Coalition Avenir Québec (CAQ) se fait souvent reprocher d'afficher des positions contradictoires. Ainsi, son chef, François Legault, lance des signaux qui ne plaisent pas à son aile souverainiste dans un contexte où il tente de courtiser une frange de l'électorat anglo-saxon.

C'est un peu le même scénario qui vient de se reproduire, alors que Christine Mitton, candidate de la CAQ dans la circonscription de Laval-des-Rapides, a fini par signer la fameuse pétition pour tenir une consultation sur le racisme systémique à Montréal. Pourtant, la CAQ s'est toujours farouchement opposée à cette forme d'exercice destinée à culpabiliser les Québécois.

Citoyens au Pouvoir réagit

Bianca Bozsodi, une candidate de CAP dans la même circonscription, a réagi au quart de tour au geste posé par son opposante caquiste. S'exprimant aux côtés de Daniel Pilon, autre candidat de CAP, celle qui est Québécoise depuis l'âge de 10 ans, s'indigne face à cette comédie entourant la tenue d'une prochaine consultation sur un racisme systémique qui menacerait le « vivre ensemble » montréalais.

Mme Bozsodi estime que tout ce remue-ménage consiste à « culpabiliser les Québécois et nous faire sentir coupables de quelque chose [que nous ne sommes] pas ». Le candidat Pilon en a profité pour faire remarquer, qu'en employant le « nous », Mme Bozsodi démontre qu'elle se considère comme une des nôtres.

Défendre son identité sans être raciste pour autant

Elle en a profité pour tendre la perche à son coéquipier afin de lui demander s'il se considère comme raciste. M. Pilon affirme entretenir des relations d'amitié et d'affaire avec des membres issus des communautés dites visibles et ne pas éprouver le moindre sentiment raciste à leur égard. Toujours est-il qu'il n'hésite pas à préciser que « la seule chose que je veux c'est que la race [ethnie] québécoise de souche ne s'éteigne pas ».

Bianca Bozsodi n'hésite pas une seconde à soutenir son vis-à-vis en lançant : « on ne va pas laisser [la disparition des Québécois de souche arriver] et c'est pour ça que c'est maintenant le temps qu'on s'unisse ensemble ». Ainsi, donc, une candidate d'origine roumaine-hongroise se sent solidaire des Québécois de souche qui veulent survivre en Amérique, tout en appréciant le fait d'être une immigrante respectée par ses concitoyens.

Aimez-vous ce journal ? Alors, cliquez ici pour nous suivre et ne rien manquer de nos derniers articles. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.