L'Ontario serre la vis aux universités

L'Ontario serre la vis aux universités

ven, 31/08/2018 – 18:30
Posté dans :
4 commentaires

Les universités et les collèges auront jusqu'au 1er janvier 2019 pour produire une politique sur la liberté d'expression.

Voici la ou les sources de cet article : Gouvernement de l'OntarioJCCF et The Globe and Mail (promesse électorale) / Voici la source de la photo : Doug Ford, FlickrCC BY-SA 2.0

Jeudi, le gouvernement de l'Ontario a publié un communiqué sur son site Web dans lequel il annonce que la liberté d'expression sera maintenant protégée dans les campus universitaires et collégiaux financés par la province.

Selon les termes mêmes du communiqué, « les collèges et universités auront jusqu'au 1er janvier 2019 pour élaborer, mettre en œuvre et appliquer une politique en matière de liberté d'expression répondant à une norme minimale prévue par le gouvernement et fondée sur les meilleures pratiques du monde entier. Non seulement la politique protégera la liberté d'expression, mais elle fera en sorte que les discours haineux, la discrimination et d'autres formes illégales de discours ne soient pas autorisés sur le campus ».

Par ailleurs, les établissements qui manqueront à cette obligation seront sujets à des sanctions financières par le biais d'une réduction des subventions qui leur sont octroyées.

Le Centre de justice pour les libertés constitutionnelles (JCCF) a salué cette mesure du gouvernement ontarien, laquelle faisait partie des promesses électorales de Doug Ford, élu premier ministre de l'Ontario en juin dernier.

Aimez-vous ce journal ? Alors, cliquez ici pour nous suivre et ne rien manquer de nos derniers articles. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.

Commentaires

"Non seulement la politique protégera la liberté d'expression, MAIS elle fera en sorte que les discours haineux, la discrimination et d'autres formes illégales de discours ne soient pas autorisés sur le campus ".
Je suis pour la liberté d'expression MAIS qui décidera de la limite entre le bien et le mal de ces discours. Venant de cet homme à "droite toute", je doute de ces bonnes intentions.

Nous avons plus à craindre de l’extrème gauche et parfois de la simple gauche que de la pseudo extrème droite. La gauche à perdue les pédales devant l’islam, le voile, les sujets taboux et la liberté de dire même des sottises, ex: QS, le PQ, les antifas et autres bien-pensants.

Bravo à cette initiative plus que pertinente qui somme toute va rétablir la libre pensée et la libre expression qui devrait être la mission première de toutes universités, ce qui n’est pas le cas présentement avec certaines idéologies culturelles, politiques, racistes, néfastes qui se propagent, baîllonant la liberté d’expression. Anéantir le climat toxique de certaines universités se fera t’il aussi au Québec? Il serait grand temps!