Le gouvernement veut sauver son image face aux flux migratoires

Le gouvernement veut sauver son image face aux flux migratoires

ven, 14/09/2018 – 15:00
Posté dans :
2 commentaires

C'est ce que soutient le média The Rebel après avoir mis la main sur des documents confidentiels embarrassants.

Voici la ou les sources de cet article : The Rebel, Gouvernement du Canada et The Globe and Mail / Voici la source de la photo : Radio Television Malacañang, Domaine public (Image rognée)

The Rebel a obtenu, via la loi de l'accès à l'information, des documents qui confirment que le gouvernement libéral tente d'engager des conseillers en communication afin de justifier tout le cafouillage qui entoure la présente gestion des flux de migrants en provenance de la Syrie.

C'est la journaliste Sheila Gunn Reid qui tire sur la sonnette d'alarme après avoir analysé la couverture médiatique entourant l'assassinat de la jeune adolescente chinoise par un réfugié d'origine syrienne à Burnaby, dans la banlieue de Vancouver. L'article, publié jeudi, souligne qu'à partir du moment où la nouvelle s'est propagée, les médias conventionnels se sont efforcés de voler au secours du programme pro-réfugiés des libéraux.

Inverser les faits

Ainsi, les grands médias, à l'instar du Toronto Star ou de Radio-Canada, se sont mis à pondre une série d'articles destinés à passer sous silence les conséquences de ce meurtre pour la famille de la victime. Les cerbères de l'information ont plutôt mis l'accent sur les témoignages de migrants syriens craignant de faire les frais d'une chasse aux sorcières initiée par l'opinion publique canadienne.

Mettant le doigt sur ce mécanisme d'inversion des faits, Sheila Gunn Reid souligne que les Canadiens veulent savoir pourquoi le gouvernement n'a pas procédé aux vérifications d'antécédents judiciaires qui s'imposaient lors du traitement des demandes d'asile provenant des réfugiés syriens. Dans le même ordre d'idée, elle s'interroge sur le fait que personne ne connaît le passé du meurtrier avant qu'il n'ait mis les pieds chez nous.

Étouffer les débats publics

A contrario, toujours selon elle, les médias dominants ont tenté d'étouffer le débat public autour de l'affaire, en laissant entendre que ceux qui réclament des explications entretiennent des préjugés face aux migrants. Exit, donc, les préoccupations des citoyens à propos de la hausse des crimes contre la personne dans l'espace public.

Un des documents confidentiels, obtenu par The Rebel, est une note de services d'Immigration, Réfugié et Citoyenneté Canada qui stipule que ce ministère est débordé dans le processus de traitement des demandes d'admission de 25 000 réfugiés syriens. On en profite pour tenter de recruter une demi-douzaine de spécialistes de la communication afin de mieux gérer la perception du public de tout cet imbroglio.

Aimez-vous ce journal ? Alors, cliquez ici pour nous suivre et ne rien manquer de nos derniers articles. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.

Commentaires

On n'a qu`à totaliser le nombre de meurtres, de tentatives de meurtres et des attentats depuis que l'immigration en masse et des illégaux traversent nos frontières canadiennes. Il est certain que nos dirigeants en camoufle un certain nombre de peur de faire monter la poudre au nez des Canadiens et des Québécois. Le tri aux frontières fait défaut car les agents ne suffisent plus à la demande. Les dossiers s'empilent et l'épuisement se fait sentir. Du côté des immigrants la tension monte et l'atmosphère s'échauffe. Trudeau veut se faire rassurant mais il a mal planifié le nombre et les coûts qui y sont reliés. Un cafouillage politico-migratoire libéralisme.