Maxime Bernier présente son nouveau parti

Maxime Bernier présente son nouveau parti

ven, 14/09/2018 – 13:30
Posté dans :
0 commentaire

Le Parti populaire du Canada (PPC) veut « remettre le pouvoir entre les mains » des Canadiens.

Voici la ou les sources de cet article : Parti populaire du Canada #1 et #2Voici la source de la photo : The U.S. National Archives, Domaine public

Justin Trudeau doit avoir le sourire fendu jusqu'aux lèvres, car la division du vote conservateur est assurée pour les prochaines élections avec l'arrivée d'un nouveau parti sur la scène politique canadienne : le Parti populaire du Canada (PPC).

L'ex-député du Parti conservateur (PCC), Maxime Bernier, a en effet présenté sa nouvelle formation, vendredi, sur la plateforme partipopulaireducanada.ca. Pourquoi Parti populaire, demandez-vous ? Parce qu'il « est temps de remettre le pouvoir entre les mains des gens », selon M. Bernier, qui affirme avoir reçu des dons totalisant 140 000 $ jusqu'à présent.

Le Parti populaire compte déjà présenter 338 candidats aux élections l'an prochain. Ses chevaux de bataille se déclinent en sept points :

  • libération du potentiel économique du Canada ;
  • réduction de la taille du gouvernement ;
  • enrichissement des Canadiens ;
  • défense des intérêts des régions rurales ;
  • politiques migratoires centrés sur les besoins économiques ;
  • politique étrangère axée sur la sécurité et la prospérité ;
  • politique d'armes à feu équitable.

Rappelons que le député de Beauce, déçu par ses derniers démêlés avec le caucus conservateur, a décidé de quitter la barque du PCC le 23 août dernier. M. Bernier avait accumulé plusieurs points de divergence depuis quelque temps avec son ancien parti, à commencer par le multiculturalisme à outrance. Ses positions sur ce dossier ont d'ailleurs provoqué de véritables secousses sismiques au pays, en particulier au sein même du PCC.

Aimez-vous ce journal ? Alors, cliquez ici pour nous suivre et ne rien manquer de nos derniers articles. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.