Une candidate de la CAQ d'origine russe s'exprime sur la gauche

Une candidate de la CAQ d'origine russe s'exprime sur la gauche

lun, 01/10/2018 – 09:15
Posté dans :
0 commentaire

L'animateur Éric Duhaime, sur FM93, s'est entretenu le 25 septembre, avec une candidate qui en avait beaucoup sur le coeur.

Voici la ou les sources de cet article : Facebook, La Presse et La Presse CanadienneVoici la source de la photo : CC0

Plusieurs controverses ont éclaté, dernièrement, à propos de la face cachée de Québec solidaire (QS). Un nombre grandissant de nos compatriotes ne comprend toujours pas pourquoi QS dissimule la vérité à propos de sa gouvernance.

La face cachée de Québec solidaire

In fine, un malaise certain s'empare des citoyens en cette fin de parcours électoral : Québec solidaire est bel et bien une formation marxiste puisqu'elle n'a jamais pris de distance avec le crédo de ses militants fondateurs. C'est sur ce terrain que s'est engagé Éric Duhaime lorsqu'il a questionné la candidate de la Coalition Avenir Québec (CAQ), Svetlana Solomykina, à propos de son ressenti sur la question.

L'animateur est entré dans le vif du sujet en interpellant son invitée sur le fait qu'elle avait publié « sur les médias sociaux qu'[elle avait] un malaise avec la montée de Québec solidaire, présentement, et les dogmes de l'extrême gauche ».

Madame Solomykina a tenu à préciser qu'elle n'éprouve « pas de malaise au niveau des valeurs sociales, peu importe le pays, peu importe le régime, les valeurs sociales ont toujours leurs sens, et ça, c'est important ».

L'État totalitaire

Faisant allusion à certaines mesures de solidarité prônées par QS, l'interlocutrice d'Éric Duhaime n'a pas voulu se faire l'apôtre du « chacun pour soi », mais a souhaité remettre les pendules à l'heure à propos de l'étatisme. Elle a avoué que « là où je commence à avoir un malaise [à propos de l'Union soviétique], c'est quand on pense à cette époque-là [on réalise] qu'on a tué toute la créativité au niveau des entrepreneurs, au niveau des entreprises. Le seul propriétaire c'était l'État ».

L'animateur voulait savoir si le fait de se présenter pour un parti moins interventionniste que QS témoignait de ses positions personnelles en faveur de la liberté d'entreprendre, de la liberté d'innover ou de la liberté d'expression.

Svetlana Solomykina a tenu à préciser qu'elle « ne veut pas porter de jugement [sur les choix idéologiques de QS] », mais qu'elle pouvait affirmer avoir « un profond malaise par rapport à des dogmes » et que c'était « très important, pour ne pas dire primordial, de faire ces distinctions entre les dogmes qui commencent à dominer la population dans sa globalité, versus les valeurs sociales ».

Nous avons besoin de votre aide !

Bien que notre journal soit encore tout jeune, il a connu une progression fulgurante – et ce, grâce à vous. Désormais, nous souhaitons passer à la vitesse supérieure afin de bâtir un véritable média de masse indépendant. Pour cela, nous avons besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Aidez-nous dès maintenant avec une contribution financière :

Donner de l'argent

Que pensez-vous de cet article ?