Les partis fédéraux font la promotion d'une fête hindoue

Les partis fédéraux font la promotion d'une fête hindoue

mer, 10/10/2018 – 19:25
Posté dans :
0 commentaire

Les libéraux (PLC), les conservateurs (PCC) et les néo-démocrates (NPD) célèbrent Navratri, un festival hindou.

Voici la ou les sources de cet article : Parti conservateur, Nouveau Parti démocratique et Justin Trudeau / Voici la source de la photo : Montage (BGM Riding Association, WikimediaCC BY-SA 3.0 + Joshua R. M. Dewberry, U.S. Air Force, Domaine public + Andrew Scheer, Domaine public)

En date du 9 octobre dernier, les chefs des trois partis principaux siégeant à la Chambre des communes ont tenu à exprimer leur soutien envers la communauté hindoue à l'occasion de Navratri, un festival hindou. 

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a déclaré qu'« à travers le monde, les communautés hindoues et [non hindoues] célèbrent ce festival. Cette heureuse occasion nous rappelle également les importantes contributions que la communauté hindoue du Canada apporte tous les jours à notre tissu national ».

De son côté, Jagmeet Singh, chef du Nouveau Parti démocratique du Canada (NPD), s'est exprimé comme suit : « C’est une célébration de la lumière face à la pénombre; le triomphe du bien sur le mal. À travers le monde, Navratri est célébré durant neuf nuits consécutives, alors qu’ami.e.s et familles se réunissent pour prier, partager un repas, et prendre part à des danses et d’autres activités culturelles. »

Enfin, le chef du Parti conservateur du Canada (PCC), Andrew Scheer, a affirmé que « le Canada compte plus d’un million de personnes d’origines indiennes qui ont grandement contribué aux succès de notre pays. Les conservateurs continueront de célébrer la communauté hindoue du Canada et toutes les personnes provenant de différents horizons, qui travaillent dur et qui ont enrichi notre histoire et notre société ».

Aimez-vous ce journal ? Alors, cliquez ici pour nous suivre et ne rien manquer de nos derniers articles. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.