Épouses de djihadistes : elles veulent obtenir une 2e chance

Épouses de djihadistes : elles veulent obtenir une 2e chance

ven, 12/10/2018 – 21:45
Posté dans :
1 commentaire

Des Canadiennes emprisonnées en Syrie se demandent pourquoi le gouvernement fédéral ne fait rien pour les rapatrier au pays.

Voici la ou les sources de cet article : Global NewsVoici la source de la photo : Alibaba2k16, WikimediaCC BY-SA 4.0

Deux Canadiennes, l'une de Toronto et l'autre de Montréal, sont détenues dans un camp administré par les Forces démocratiques syriennes (FDS) et souhaitent à tout prix revenir au pays. Leurs propos ont été rapportés par le journaliste Stewart Bell, de Global News, qui les a rencontrées sur place.

Ces Canadiennes, dont le nom n'a pas été divulgué, font partie des quelque 500 femmes étrangères, liées de près ou de loin à l'État islamique (EI), qui ont été capturées et sont présentement retenues en captivité dans des camps kurdes situés dans le nord-est de la Syrie. Près d'un millier d'enfants y auraient également été transférés.

Une ex-étudiante du collège Ahuntsic

La Montréalaise est une ancienne étudiante du collège Ahuntsic, là où elle est devenue une musulmane pratiquante à la suite de rencontres avec des femmes converties à l'islam. Elle dit s'être rendue en Syrie de son plein gré, car elle ne se plaisait plus au Canada. « Je me sentais comme si j'étais différente des autres, vous savez, parce qu'au moment où vous couvrez votre visage, tout le monde vous regarde étrangement », a-t-elle déclaré au journaliste Stewart Bell.

Elle a donc pris l'avion pour la Turquie et traversé en Syrie, où elle a vécu avec d'autres femmes dans une planque de l'État islamique à Jarabulus. C'est à cet endroit qu'elle a rencontré son mari, un Allemand. Elle l'a accompagné jusqu'à Raqqa, alors sous contrôle de l'État islamique, mais quand les choses se sont corsées pour le groupe djihadiste, elle a quitté la ville pour Mossoul, en Irak, alors qu'elle était enceinte de son deuxième enfant. Puis elle est retournée en Syrie, où elle a été capturée par les forces kurdes le 23 octobre 2017, près de la frontière turque.

Aucun fonctionnaire canadien ne lui a rendu visite jusqu'à présent, mais elle a parlé à un responsable il y a six mois au téléphone. Elle n'a reçu aucune nouvelle depuis. « Ne rien voir du Canada nous fait perdre espoir », a-t-elle raconté.

Piégée par son mari

Quant à la Torontoise, elle dit avoir été leurrée par son mari qu'elle a rencontré sur Internet. Elle croyait qu'elle allait vivre au Liban pour y fonder une famille avec lui, mais le couple a plutôt bifurqué vers la Syrie. Elle aussi s'est établie à Raqqa, mais quand les bombardements se sont intensifiés au-dessus de la ville, elle a décidé de revenir au Canada. Elle était enceinte de son troisième enfant.

En décembre 2017, elle est partie avec ses enfants dans l'intention de traverser en Turquie, mais elle a été appréhendée à un poste de contrôle kurde. Elle est détenue dans le camp des FDS depuis ce temps. Comme la Montréalaise, elle avoue s'être entretenue il y a quelques mois au téléphone avec un responsable canadien, mais depuis, plus rien. « Mon pays ne fait rien pour moi. Personne ne s'en soucie », a-t-elle déclaré. « Ce n'est pas juste. Nous venons de l'un des meilleurs pays du monde et nous souffrons. Pourquoi ? »

Le temps presse pour le gouvernement canadien puisque les Forces démocratiques syriennes auraient l'intention de fermer le camp avant l'hiver.

Aimez-vous ce journal ? Alors, cliquez ici pour nous suivre et ne rien manquer de nos derniers articles. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.

Commentaires

ils se font arrêter et tout a coup ils voudraient revenir au canada pour nous rire dans la face..ils ont eu plus que 4 ans pour prendre la décision de revenir mais comme ils se font arrêter et détenu dans des prisons de la Turquie ,une illumination fais en sorte qu ils sont prêt a revenir ,comme si rien était,comme si ils étaient parti a la chasse au canard..la réalité est toute autre...

crime contre l humanité,viol,vol,kidnapping,terrorisme,apologie du terrorisme et malgré tout cela et bien d autres,trudeau le roi du nord ,vas les faire revenir en passant par la merveilleuse organisation du centre de dé radicalisation et hop...

dans la nature..

.les USA devrait les envoyer a guantanamo

et si le gouvernement fais rien ,s est a nous ,la population de faire en sorte que ce soit connu de tous...ils ont laissé entrée plusieurs centaines de combattants islamique au canada mais ce n est jamais assez pour trudeau qui lui ne veux que son foutu de siège a l ONU...