Montréal impose la discrimination « positive » des hommes blancs

Montréal impose la discrimination « positive » des hommes blancs

lun, 22/10/2018 – 16:30
Posté dans :
2 commentaires

La mairesse de la métropole décide d'aller de l'avant avec une banque de candidatures issues des minorités.

Voici la ou les sources de cet article : Ville de Montréal, La Presse, CBC News et Radio-Canada / Voici la source de la photo : André Querry, Wikimedia, CC BY-SA 2.0

Valérie Plante poursuit sa croisade afin de faire de Montréal une cité multiethnique où l'influence des hommes blancs « de souche » est appelée à s'amenuiser. Fidèle à elle-même, la mairesse affirme que « plus que jamais, la diversité représente une richesse essentielle à l'édification d'une métropole inclusive […]. Cette diversité est le cœur d'une ville dynamique, prospère et résiliente ».

Une banque de candidatures issues des minorités

Voilà pourquoi la métropole vient de s'associer à l'organisme Concertation Montréal, un organisme satellite financé par le Fonds de développement des territoires du ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire. L'organisme a mis sur pied une banque de candidatures dans la foulée des initiatives Leadership Montréal et Cravates roses. Il s'agit d'une banque de candidats « qui appartiennent à l'une des nombreuses communautés qui constituent la diversité montréalaise », selon un communiqué de presse émis par la Ville de Montréal.

Le président de Concertation Montréal, Richard Deschamps, un conseiller municipal pour l'arrondissement de LaSalle, confirme que cette banque de candidatures « permettra aux instances et aux conseils d'administration montréalais de bénéficier du talent et de l'expertise de la diversité montréalaise ».

Les hommes blancs mis sur la touche

Il semblerait que cette « diversité montréalaise » exclue les hommes blancs âgés de plus de 40 ans puisque cette initiative constitue le prolongement de l'esprit de la Charte montréalaise des droits et responsabilités de la Ville de Montréal. Cette charte est un instrument de coercition qui est destiné à augmenter « la représentation des femmes de toutes les origines, des autochtones, des minorités visibles, des membres des communautés ethnoculturelles et des jeunes au sein des instances », si l'on se fie à la phraséologie employée par la municipalité.

Cette banque de candidatures multiethnique contient 200 noms de candidats provenant de la « diversité » et autour de 2 000 personnes désirent faire partie de cette initiative. Par ailleurs, ce processus complète la nouvelle politique de discrimination positive à l'embauche mise de l'avant par l'administration Plante. Cet effort concerté a fait en sorte que, depuis le début de 2018, 38 % des embauches effectuées par la métropole sont issues des communautés qui forment cette diversité montréalaise.

Nous avons besoin de votre aide !

Le premier ministre Justin Trudeau s'est allié aux médias traditionnels en leur offrant près de 600 millions de dollars. Au média Le Peuple, nous refusons toute aide gouvernementale. Afin de survivre et de devenir un véritable média de masse indépendant, nous avons cependant besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Aidez-nous financièrement en achetant un abonnement :

Acheter un abonnement

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Que pensez-vous de cet article ?