Les libéraux s'accrochent à l'UNRWA malgré ses visées islamistes

Les libéraux s'accrochent à l'UNRWA malgré ses visées islamistes

sam, 03/11/2018 – 08:45
Posté dans :
0 commentaire

Les États-Unis ont pourtant cessé de financer cet organisme accusé d'être lié à des groupes terroristes.

Voici la ou les sources de cet article : Sénat du CanadaVoici la source de la photo : Marvin Lynchard, U.S. Department of Defense, Domaine public (Image rognée)

Jeudi au Sénat, le sénateur conservateur Thanh Hai Ngo a tenté de comprendre pourquoi le gouvernement Trudeau s'entêtait à appuyer financièrement l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), accusé d'avoir été impliqué dans des activités terroristes.

Il a ainsi posé la question suivante aux sénateurs proches des libéraux : « Comment le gouvernement peut-il justifier le versement des dollars des contribuables à une agence de l'ONU qui est liée à la promotion de la haine et de la violence, au lieu de financer d'autres organisations plus neutres qui aident les Palestiniens les plus vulnérables? »

Le représentant du gouvernement au Sénat, Peter Harder, a répondu à M. Ngo en lui vantant l'efficacité de l'UNRWA. « Les Palestiniens estiment que c'est l'organisme le mieux placé pour offrir de l'aide humanitaire dans la région », a-t-il dit. Selon M. Harder, le fédéral a pris des mesures « pour s'assurer que toutes les exigences du Canada sont prises en compte et respectées à mesure que l'aide [financière] est versée ».

Les inquiétudes du sénateur Ngo sont partagées par plusieurs à l'extérieur du cercle libéral. Les États-Unis ont d'ailleurs annoncé en septembre qu'ils cessaient de subventionner l'UNRWA, basant leur décision sur des rapports qui montrent que cet organisme entretient des liens avec des groupes terroristes.

Cette année seulement, Ottawa a accordé une enveloppe de 110 millions de dollars aux Palestiniens, dont une bonne partie a été attribuée à l'UNRWA.

Aimez-vous ce journal ? Alors, cliquez ici pour nous suivre et ne rien manquer de nos derniers articles. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.