Victoire pour deux citoyens en faveur du fleurdelisé à Montréal

Victoire pour deux citoyens en faveur du fleurdelisé à Montréal

jeu, 08/11/2018 – 13:45
Posté dans :
2 commentaires

Gilles Paquin et Jean-Pierre Bonhomme ont finalement remporté leur combat pour que la Ville de Montréal se conforme à la loi.

Voici la ou les sources de cet article : La Presse, Global News et The Huffington PostVoici la source de la photo : « Denis Coderre et Valérie Plante », Vimeo, CC BY 3.0

Les deux journalistes à la retraite Gilles Paquin et Jean-Pierre Bonhomme avaient fait parvenir une mise en demeure à la Ville de Montréal, en juin dernier, afin que son administration se conforme aux exigences de la Loi sur le drapeau et les emblèmes du Québec. Ils n'hésitaient pas à baser leur réquisitoire sur le fait que le fleurdelisé « représente une nation, oui, une famille en quelque sorte, une famille qu'il projette au dehors ».

Une administration municipale entêtée

Fustigeant les élus de la métropole du Québec, ils estimaient que leur indolence était « guidée par une idéologie venue d'ailleurs ». Un subtil rappel des positions mondialistes de l'administration de la mairesse Plante. En effet, l'administration actuelle a littéralement traîné de la patte avant de s'engager à transformer la réglementation municipale portant sur le protocole.

Montréal : cité-État coupée du Québec

Cette réglementation daterait de l'époque de l'administration Drapeau, alors que la tenue de l'Exposition universelle en 1967 venait confirmer le rôle de Montréal en qualité de future cité-État. La Ville de Montréal affirme, depuis plusieurs mois, qu'elle tente d'effectuer une révision de sa politique du pavoisement. La nonchalance de l'administration Plante concernant le fleurdelisé lui a déjà valu un rappel à l'ordre du ministère de la Justice du Québec en janvier dernier.

Un symbole vital absent

Ce laxisme avait poussé un nouveau parti municipal, l'Union Patriote de Montréal (UP), à organiser une manifestation, le 26 août dernier, afin de dénoncer le fait que la Ville de Montréal s'abstienne d'arborer le fleurdelisé dans la salle du conseil municipal, sur les immeubles au sein desquels se trouvent les organismes de la ville ou devant des bâtiments administratifs et des bibliothèques municipales. Par ailleurs, à certains endroits, le drapeau du Québec est présent, mais il est affiché dans le mauvais ordre.

L'administration Plante est au pied du mur

Il semblerait que l'élection du nouveau gouvernement caquiste ait agi comme un catalyseur forçant la main à la mairesse Valérie Plante. Cette dernière annonçait, mercredi, en grande pompe que la Ville de Montréal disposerait désormais le drapeau du Québec au centre des autres bannières déployées devant les édifices municipaux. Cette modification au protocole fera en sorte d'accorder préséance au fleurdelisé sur l'unifolié (drapeau canadien) et la rosace (drapeau montréalais).

Aimez-vous ce journal ? Alors, cliquez ici pour nous suivre et ne rien manquer de nos derniers articles. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.

Commentaires