Des criminels ont infiltré la caravane des migrants illégaux

Des criminels ont infiltré la caravane des migrants illégaux

sam, 10/11/2018 – 08:45
Posté dans :
3 commentaires

Le département de la Sécurité intérieure des États-Unis lance une alerte à propos des tactiques utilisées par les criminels.

Voici la ou les sources de cet article : Homeland SecurityVoici la source de la photo : boitchy, FlickrPublic Domain Mark 1.0

Les médias dominants ont tendance à banaliser tous les récents flux de migrants qui se déplacent en bande pour forcer les frontières des États qui tentent de faire respecter leur souveraineté.

Actuellement, près de 7 000 migrants, issus principalement du Honduras, se sont mis en route vers les États-Unis et même le Canada. Plusieurs observateurs estiment que le terme « caravane » est inapproprié pour décrire ce qui ressemble plutôt à une marée humaine qui ne semble pas sur le point de s'arrêter en si bon chemin.

Des organisations criminelles ont infiltré le cortège

Le département de la Sécurité intérieure des États-Unis, qui observe avec attention tous les déplacements de populations à travers le pays, estime qu'un nombre important d'éléments criminels se sont joints à la « caravane ».

De fait, le site Internet de cet organisme de surveillance estime que plus de 270 individus qui se sont joints au cortège possèdent des antécédents judiciaires, certains d'entre eux faisant même partie d'organisations criminelles. On mentionne aussi le fait qu'une partie de ces indésirables soient des criminels particulièrement violents. Certains ont déjà été condamnés pour des agressions à main armée, des vols qualifiés, voire des agressions sexuelles contre des mineurs ou des femmes.

Qui plus est, les autorités mexicaines ont déjà confirmé officiellement le fait que des organisations criminelles aient réussi à infiltrer le convoi. Les analystes du département de la Sécurité intérieure des États-Unis soulignent, aussi, que des ressortissants provenant de pays aussi éloignés que la Somalie, l'Inde, l'Afghanistan ou le Bangladesh ont été identifiés parmi cette foule hybride.

Un comportement violent qui n'augure rien de bon

Les fonctionnaires américains font aussi observer que certains membres de la « caravane » se sont comportés de manière particulièrement violente vis-à-vis des autorités mexicaines qui leur ont, malgré tout, offert de se prévaloir des dispositions légales sur l'immigration et le statut de réfugié. Certains migrants n'ont pas hésité à menacer le personnel de l'Institut National de l'Immigration (Mexique) et les autorités concernées ont réussi à filmer plusieurs d'entre eux alors qu'ils préparaient des cocktails Molotov.

Aimez-vous ce journal ? Alors, cliquez ici pour nous suivre et ne rien manquer de nos derniers articles. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.

Commentaires

Sérieusement, il ne faut pas que cette "caravane" réussisse à infiltrer les États-Unis. Parce qu'une fois là, c'est clair qu'ils vont venir au Canada. Idéalement, il faudrait que Trudeau collabore avec Trump pour s'assurer qu'aucun d'eux, réussissent à franchir les frontières. Mais il y a plus de chances qu'il leurs envoi un avion pour les rapporter ici, que de tout faire pour pas que ça arrive.

La gauche défendant MS-13 - Une gang de tueurs et de trafiquants archi-violents ! Bravo les gogos !
À quand une vraie commission d’enquête sur les femmes autochtones violentées, disparues et assassinées ? Ce livre-choc nous en fait comprendre l’urgence.
Information au chapitre 3, la crise à Kanesatake dans « Le peuple brisé »
Un génocide en douce
Le peuple brisé/La disparition de femmes autochtones, une enquête sur la mafia amérindienne par Alex Caine et François Perreault, Éditions Hugo & Cie
Par Jacques Lanctôt, 18 novembre 2017
https://www.facebook.com/jacques.lanctot.9/posts/10214765632403381?pnre…
http://www.journaldemontreal.com/2017/11/18/un-genocide-en-douce
À quand une vraie commission d’enquête sur les femmes autochtones violentées, disparues et assassinées ? Ce livre-choc nous en fait comprendre l’urgence.