Tel Ponce Pilate, Justin Trudeau s'en lave les mains

Tel Ponce Pilate, Justin Trudeau s'en lave les mains

ven, 09/11/2018 – 10:00
Posté dans :
0 commentaire

Questionné par une journaliste de la chaîne CNN, le premier ministre refuse de s'avancer sur l'approche populiste de Trump.

Voici la ou les sources de cet article : YouTube (1:46 à 3:37 et 4:44 à 6:28) / Voici la source de la photo : Alex Guibord, FlickrCC BY-ND 2.0

Le premier ministre Justin Trudeau semble hésiter à claironner ses convictions mondialistes face à la montée des mouvements patriotes à travers le monde. C'est ce qui est ressorti d'un entretien qu'il accordait, le 6 novembre dernier, à la journaliste Poppy Harlow de la chaîne américaine CNN.

Parler une langue de bois

Mme Harlow a bien tenté de « cuisiner » Justin Trudeau, histoire d'en savoir plus sur les positions de son administration à la suite des déclarations du président Trump dans le cadre des élections de mi-mandat américaines. Le premier ministre a patiné adroitement en pratiquant ce qui ressemble de plus en plus à une langue de bois sans conséquences.

Un déni de réalité

S'interrogeant sur ce qu'elle qualifie de « montée de la droite dans le monde », la journaliste a demandé à M. Trudeau s'il était conscient que lui et les autres leaders mondialistes étaient en train de devenir une espèce en voie d'extinction.

Ce dernier a répliqué qu' « il existe une certaine réalité qui fait que les gens sont anxieux au sujet de leur avenir [...] Les gens ne savent pas d'où viendront les contrecoups de tous les changements qui font partie de ce monde perturbant. Et, il y a beaucoup de gens [les patriotes] qui se pointent avec des réponses faciles face à tous ces problèmes ».

La journaliste de CNN souhaitait sonder les reins du premier ministre à propos de ses préoccupations les plus urgentes. Il s'est contenté de ressasser que c'est la polarisation entre les divers camps politiques qui le préoccupe en ce moment. Tout ça dans un contexte où nous assistons à un affrontement de plus en plus virulent entre « des gens qui ne s'écoutent plus les uns les autres ».

Tentant de donner le change, M. Trudeau a insisté sur le fait que « la démonisation des opposants politiques constitue un phénomène qui contredit l'idée que la diversité d'opinions, de perspectives ou d'expériences de vie devrait être une source de force et de résilience ». Nous ramenant à son éternel discours sur les bienfaits de la diversité, le premier ministre du Canada a refusé de se prononcer sur les invectives du président Trump concernant l'immigration illégale dans son discours de clôture des élections de mi-mandat.

Aimez-vous ce journal ? Alors, cliquez ici pour nous suivre et ne rien manquer de nos derniers articles. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.