Ottawa croit pouvoir éduquer la Chine sur la pollution

Ottawa croit pouvoir éduquer la Chine sur la pollution

sam, 10/11/2018 – 14:00
Posté dans :
1 commentaire

Selon la ministre fédérale de l'Environnement, ce pays travaille « très fort » pour réduire ses émissions de carbone.

Voici la ou les sources de cet article : The Globe and MailCBC News et Gouvernement du CanadaVoici la source de la photo : Global Panorama, FlickrCC BY-SA 2.0

La ministre fédérale de l'Environnement et du Changement climatique, Catherine McKenna, vient de conclure un accord avec son homologue chinois visant à lutter contre la pollution. Alors que les conditions environnementales ne cessent de s'aggraver en Chine, Mme McKenna a expliqué que ce pays « travaillait très fort » pour réduire ses émissions de carbone.

Bien que la Chine soit le plus gros émetteur de gaz à effets de serre, la ministre est certaine que l'initiative appelée « civilisation écologique » promue par le président Xi Jinping aura un impact positif sur le monde. Elle est d'avis que l'influence de la Chine pourrait permettre de lutter contre les changements climatiques et que le Canada devait lui montrer la voie en imposant des mesures « vertes ».

Bras de fer entre Ottawa et les provinces

Dans un tout autre ordre d'idée, la ministre s'est montrée sévère à l'endroit des provinces qui ont décidé de contester sa taxe sur le carbone. Elle a déclaré qu'à l'avenir, elle allait contourner les gouvernements provinciaux pour « collaborer » avec les municipalités et les entreprises qui respecteront la volonté libérale.

Jeudi dernier, Mme McKenna a d'ailleurs fait savoir que son gouvernement accorderait 420 millions de dollars aux organisations ontariennes pour subventionner différents programmes à saveur écologique. Initialement, ce montant devait être alloué au gouvernement ontarien pour sa participation au Fonds pour une économie à faibles émissions de carbone.

Rappelons que, sur un ton railleur, Justin Trudeau avait accusé les conservateurs et le gouvernement ontarien de vouloir « rendre la pollution gratuite à nouveau ». En anglais, la formule se prononce « make pollution free again », une référence au slogan employé par Donald Trump (« Make America Great Again ») lors des dernières présidentielles américaines.

Doug Ford, le premier ministre de l'Ontario, avait aboli plus tôt cet été la taxe sur le carbone et son corollaire, le programme de plafonnement et d'échange. M. Ford avait rejoint le camp de la Saskatchewan, une province qui s'oppose également à cette taxe fédérale.

Enfin, l'Ontario affronte actuellement Ottawa devant la Cour d'appel fédérale et allègue que la taxe fédérale sur le carbone est inconstitutionnelle.

Aimez-vous ce journal ? Alors, cliquez ici pour nous suivre et ne rien manquer de nos derniers articles. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.

Commentaires

La Chine a augmenté sa croissance économique à la vitesse grand " V " depuis ces dernières années. ...ce qui a haussé le taux de pollution de 50%. Bien que la Chine nie le contraire, comment expliquer la population masquée qui étouffe sous ses rejets toxiques industriels? On a beau avoir une taxe carbone...cela n'empêche pas l'air chinois pollué Elle empoisonne ses pays voisins et par le fait même le reste de la planète. Chaque pays dans le monde devra porter une attention spéciale à la planète s'il veut prolonger sa longévité et par le fait même toutes vies humaines, animales et végétales....sinon, ce sera la fin de ce bel héritage terrestre.