Tout est une question de perception avec Québec Solidaire

Tout est une question de perception avec Québec Solidaire

mer, 28/11/2018 – 15:35
Posté dans :
0 commentaire

La formation politique croit que l'appui des Québécois à la laïcité de l'État provient d'une contagion sociale.

Voici la ou les sources de cet article : Rapport Bouchard-Taylor (p. 19), Radio-Canada et Calenda / Voici la source de la photo : Asclepias, yanik_crepeau et Judicieux, Wikimedia, CC BY-SA 3.0

Québec Solidaire (QS) persiste et signe : si les Québécois sont grandement favorables à la séparation de la religion et de l'État, c'est qu'on a répété ad nauseam que « l'immigration, c'est un problème, que les individus devraient être laïques ou ne pas avoir de signes religieux dans la fonction publique ».

Voilà ce qu'a répondu la co-porte-parole de QS, Manon Massé, à une journaliste venue questionner la formation politique à propos de l'immigration et de la laïcité au Québec.

Québec Solidaire tentait de se défendre, mardi, lors d'une conférence de presse à l'Assemblée nationale, après avoir remis en question la validité du dernier sondage CROP commandé par Radio-Canada. Selon cette enquête, « 65 % des répondants sont d'accord avec l'idée que le gouvernement interdise aux enseignants de porter des signes religieux visibles ». Une proportion qui s'élève à 71 % en ce qui a trait aux policiers.

Des arguments insuffisants

Volant à la rescousse de Mme Massé, l'autre co-porte-parole de QS, Gabriel Nadeau-Dubois, s'est appuyé sur le Rapport Bouchard-Taylor d'il y a 10 ans pour déclarer qu' « il n'y a pas de crise [de la diversité religieuse] au Québec sur le terrain » et que « toutes les statistiques le montrent ». Une question de perception, donc.

Les auteurs du fameux rapport dont tout le monde veut se faire l'interprète écrivent bel et bien avoir constaté « des distorsions importantes entre les perceptions générales de la population et la réalité des faits » telle qu'ils ont pu la reconstituer. « Autrement dit », avaient-ils ajouté, « la vision négative des accommodements qui s'est propagée dans la population reposait souvent sur une perception erronée ou partielle des pratiques ayant cours sur le terrain ».

Toujours est-il qu'on ne peut pas outrepasser le libre arbitre des individus en dépit des effets d'entraînement auxquels ils sont soumis.

Dans un exposé publié dans la revue Tracé, l'auteur Karim Hammou suggère « de ne pas esquiver [la piste] des discours dans ce qu'ils ont de contextualisés, d'incarnés, de médiatisés ». Et, de rajouter, qu'il est nécessaire « d'appréhender non seulement les canaux par lesquels les idées ''contagieuses'' se répandent, comme les médias traditionnels (presse écrite, radio, etc.) ou les nouvelles technologies de la communication, mais aussi la façon dont elles ''prennent corps'' dans des mouvements souvent labiles et diffus qui, en l'absence de plan préconçu, s'auto-alimentent et se propagent ».

En d'autres mots, de nombreuses variables sont à prendre en considération dans la cristallisation de l'opinion publique. D'ailleurs, le Québec est pluriel et les discours publics entourant le débat sur la laïcité sont tout autant variés.

Manon Massé n'exerce-t-elle pas son libre arbitre lorsqu'elle affirme qu'elle a « hâte d'entendre M. Legault nous dire comment l'immigration apporte du positif à notre population » ? Une façon, peut-être, selon elle, de renverser la « tendance » dans un dossier qui refait surface de façon éphémère, mais régulière dans l'actualité. Depuis trop longtemps.

Nous avons besoin de votre aide !

Bien que notre journal soit encore tout jeune, il a connu une progression fulgurante – et ce, grâce à vous. Désormais, nous souhaitons passer à la vitesse supérieure afin de bâtir un véritable média de masse indépendant. Pour cela, nous avons besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Aidez-nous dès maintenant avec une contribution financière :

Donner de l'argent

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.