Gabriel Nadeau-Dubois justifie l'expulsion de journalistes

Gabriel Nadeau-Dubois justifie l'expulsion de journalistes

mer, 12/12/2018 – 15:00
Posté dans :
3 commentaires

Il a même expliqué qu'une telle expulsion d'un Conseil pourrait survenir à nouveau. Plus de détails dans cet article.

Voici la ou les sources de cet article : 98,5 FMVoici la source de la photo : Peoples' Social Forum, Flickr, CC BY 2.0

Le ministre de l'Immigration Simon Jolin-Barrette avait eu le malheur de se présenter au micro de Paul Arcand au tout début du mois de décembre afin de justifier la récente décision de son gouvernement d'abaisser le nombre de nouveaux arrivants sur le territoire québécois. Il faut dire que M. Arcand attendait le ministre Jolin-Barrette avec une brique et un fanal.

Qu'à cela ne tienne ! En effet, lundi dernier, c'était au tour du co-porte-parole de Québec solidaire (QS), Gabriel Nadeau-Dubois, de faire les frais du bouillant animateur du 98,5 FM à l'occasion du Conseil national du parti qui s'est déroulé les 7, 8 et 9 décembre.

Et, cette fois-ci, M. Arcand voulait en découdre avec son invité sur l'interdiction imposée par la formation politique aux journalistes d'assister aux débats sur les signes religieux.

Du pareil au même

Il faut dire que Paul Arcand n'a pas l'habitude d'y aller avec des gants blancs : d'entrée de jeu, il somme M. Nadeau-Dubois d'expliquer le pourquoi du comment.

Loin de céder à la pression, le député de Gouin a témoigné que la décision résultait d'une proposition de dernière minute d'un militant du parti, proposition qui avait fait l'objet d'un vote favorable des membres réunis lors du Conseil national. Ainsi, selon M. Nadeau-Dubois, le huis clos appliqué aux débats sur les signes religieux lors de l'événement n'était pas prévu par le parti. Il a ajouté que l'exécutif de QS avait pour sa part voté contre l'idée.

M. Nadeau-Dubois a cherché à justifier la décision de ses membres par le fait que certains d'entre eux craignaient « d'entrer dans le cirque médiatique » qu'engendrerait la couverture de ce débat explosif au Québec. Le co-porte-parole de QS a affirmé, en guise de défense, qu'il était commun aujourd'hui de recevoir des menaces sur les réseaux sociaux à la suite de l'émission de ses opinions.

M. Arcand a finalement tenté le tout pour le tout auprès de son invité. De même, il lui a demandé si QS pourrait de nouveau bannir les journalistes aux débats sur les signes religieux qui se dérouleront lors des futurs Conseils nationaux.

Plutôt que de mordre à l'hameçon, le jeune député de Gouin a déclaré qu'un militant pourrait soulever la question du huis clos à n'importe quel moment au cours des prochains Conseils.

Nous avons besoin de votre aide !

Le premier ministre Justin Trudeau s'est allié aux médias traditionnels en leur offrant près de 600 millions de dollars. Au média Le Peuple, nous refusons toute aide gouvernementale. Afin de survivre et de devenir un véritable média de masse indépendant, nous avons cependant besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Aidez-nous financièrement en achetant un abonnement :

Acheter un abonnement

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Que pensez-vous de cet article ?