Maxime Bernier dénonce les élites mondialistes aux manettes

Maxime Bernier dénonce les élites mondialistes aux manettes

jeu, 10/01/2019 – 16:00
Posté dans :
0 commentaire

Le chef du Parti populaire du Canada estime que la classe politique canadienne marche dans les combines globalistes de l'ONU.

Voici la ou les sources de cet article : Twitter #1, #2, #3, #4, #5, #6, UNPA #1, #2 et #3, The New American, Assemblée générale des Nations Unies, Euractiv.fr et Réinformation TVVoici la source de la photo : Patrice-Hans Perrier, Le PeupleCC BY 4.0

Les ténors de l'ONU ne se cachent plus pour réclamer l'avènement d'une forme de parlement qui permettrait de prendre en main la gouvernance mondiale, tout en se passant des anciennes nations. Le président français, Emmanuel Macron, entendait donner le ton lors d'un débat général, mené à l'Assemblée générale des Nations Unies le 25 septembre dernier.

Le front des globalistes

Celui qui aura fait déborder la goutte du vase avec sa très impopulaire « écotaxe » estime que la lutte contre les urgences environnementales constitue « un combat qui doit nous rassembler ». À l'instar de Justin Trudeau, un autre poulain de George Soros, le président Macron avance que « la décomposition annoncée de l'Accord de Paris a été déjouée », et cela, « malgré la décision des États-Unis », dans un contexte où « nous [les globalistes] avons su rester unis ».

« Accélérons le mouvement », a lancé le président Macron, toujours lors de cette allocution où il en a profité pour mettre cartes sur table. Le principal associé européen de Justin Trudeau souhaite que l'on puisse conclure, d'ici 2020, « un pacte mondial pour un environnement ambitieux ». Et, fidèle à son attitude despotique, il a suggéré à ses alliés « de ne plus signer d'accords commerciaux avec les puissances qui ne respectent pas l'Accord de Paris […] ». « Si un membre ne veut pas avancer, nous avancerons quand même, avec d'autres partenaires », a-t-il précisé.

Maxime Bernier dénonce cette alliance

Le nouveau mouton noir de la politique canadienne vient d'émettre une série de tweets où il s'emporte contre cette alliance d'une partie de nos dirigeants avec les technocrates de l'ONU. Chemin faisant, il estime que les Accords de Paris sur le climat ou le Pacte de Marrakech sur les migrations constituent des « politiques qui menacent notre prospérité et souveraineté [et qui] découlent de traités de l'ONU. Certaines personnes, y compris au Canada, veulent aller plus loin et instaurer un gouvernement mondial », prend-il la peine de préciser.

L'ONU souhaite créer un parlement universel

En effet, l'ONU utilise plusieurs programmes liés aux changements climatiques ou aux migrations de masse pour faire progresser son projet central : l'instigation d'une assemblée parlementaire en son cœur même. Alex Newman, sur le site The New American, nous prévient que, même si certains analystes estiment que la création d'un tel parlement mondial nécessiterait des changements importants à la Charte de l'ONU, d'autres observateurs croient, a contrario, que l'Assemblée générale de l'ONU dispose déjà des pleins pouvoirs afin de procéder sans devoir modifier quoi que ce soit.

Le directeur de l'ONG « Democracy Without Borders », Andreas Bummel, se moque bien des sceptiques et autres nationalistes nostalgiques. Alex Newman rapporte qu'il a déjà lancé qu' « ironiquement, c'est plus facile pour l'ONU de mettre sur pieds une APNU (Assemblée Parlementaire des Nations Unies) que d'ajouter un seul siège supplémentaire à son Conseil de Sécurité ».

Ne pas baisser les bras

Refusant de baisser les bras face à ce qui pourrait s'apparenter à une fatalité pour plusieurs, Maxime Bernier nous prévient que tout ce branle-bas de combat n'est pas le produit d' « une théorie de la conspiration inventée par des antimondialistes paranoïaques. La campagne pour une assemblée parlementaire des Nations Unies (APNU) est [soutenue par] un réseau international de supporters influents d'une « gouvernance mondiale » », ajoute-t-il. Le challenger prend même la peine de nous rappeler que Justin Trudeau a déjà donné son appui à ce projet en juillet 2010.

Nous avons besoin de votre aide !

Bien que notre journal soit encore tout jeune, il a connu une progression fulgurante – et ce, grâce à vous. Désormais, nous souhaitons passer à la vitesse supérieure afin de bâtir un véritable média de masse indépendant. Pour cela, nous avons besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Aidez-nous dès maintenant avec une contribution financière :

Donner de l'argent