Relations avec Washington : Stephen Harper éduque Justin Trudeau

Relations avec Washington : Stephen Harper éduque Justin Trudeau

jeu, 10/01/2019 – 19:30
Posté dans :
1 commentaire

Selon M. Harper, un « premier ministre canadien intelligent » doit faire preuve de tact à l'endroit du président américain.

Voici la ou les sources de cet article : Global NewsVoici la source de la photo : Αλέξης Τσίπρας Πρωθυπουργός της Ελλάδας, Flickr, CC BY-SA 2.0

De passage à la conférence sur la géopolitique intitulée « Raisina Dialogue » en Inde mardi dernier, Stephen Harper a affirmé qu'un « premier ministre canadien intelligent » se devait d'entretenir des rapports cordiaux avec le président des États-Unis. Selon lui, cette aptitude est nécessaire puisqu'Ottawa dépend fortement de Washington sur les plans économique et politique. Manifestement, ses propos visaient à critiquer le comportement de Justin Trudeau à l'endroit de Donald Trump.

Le cafouillage des libéraux

Ce qu'il faut savoir, c'est que les libéraux ont cafouillé à de nombreuses reprises lors des négociations avec les Américains qui ont abouti sur le nouvel Accord États-Unis–Canada–Mexique (AEUMC). Entre autres, la ministre des Affaires étrangères du Canada, Chrystia Freeland, avait pris part à un événement diplomatique douteux intitulé « S'attaquer au tyran ».

Dans le cadre de cette conférence, le président américain Donald Trump était dépeint comme un dictateur corrompu à l'instar du président russe Vladimir Poutine, du président chinois Xi Jinping et du président des Philippines Rodrigo Duterte. Mme Freeland, responsable des pourparlers sur l'ALENA avec les Américains, n'avait donc pas hésité, dans un contexte où les relations entre Ottawa et Washington étaient tendues, à participer à un panel public où les États-Unis étaient qualifiés de « menace grandissante » pour le monde entier.

Les réactions de Washington

D'ailleurs, M. Trump n'a pas manqué d'afficher publiquement son antipathie pour le premier ministre canadien. À la suite du dernier sommet du G7 de Québec en juin dernier, le président américain avait accusé Justin Trudeau d'avoir fait de « fausses déclarations », allant même jusqu'à le qualifier de « doux et docile ».

Du même souffle, certains conseillers de M. Trump ont déjà tenu des propos virulents à l'encontre de M. Trudeau. Le conseiller économique Larry Kudlow avait été jusqu'à déclarer que le premier ministre canadien avait « poignardé [les Américains] dans le dos ». Enfin, Peter Navarro, conseiller en matière de libre-échange, avait lancé « qu'il y avait une place spéciale en enfer » pour Justin Trudeau.

Nous avons besoin de votre aide !

Bien que notre journal soit encore tout jeune, il a connu une progression fulgurante – et ce, grâce à vous. Désormais, nous souhaitons passer à la vitesse supérieure afin de bâtir un véritable média de masse indépendant. Pour cela, nous avons besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Aidez-nous dès maintenant avec une contribution financière :

Donner de l'argent