Réfugiés, migrants et crimes ne vont pas ensemble

Réfugiés, migrants et crimes ne vont pas ensemble

sam, 12/01/2019 – 13:00
Posté dans :
7 commentaires

Pour Justin Trudeau, il n'est pas de bon ton de parler des risques que présentent certains réfugiés pour la sécurité au pays.

Voici la ou les sources de cet article : Global News et South China Morning PostVoici la source de la photo : Marvin Lynchard, U.S. Department of Defense, Domaine public (Image rognée)

Le premier ministre Justin Trudeau a dû défendre ses politiques en matière de réfugiés lors d'une assemblée publique qui s'est tenue mercredi à l'université Thompson Rivers, de Kamloops, en Colombie-Britannique. Un des participants lui a posé une question sur l'affaire Marrisa Shen, une adolescente de Burnaby, en Colombie-Britannique, assassinée en juillet 2017 par un réfugié syrien, Ibrahim Ali.

La question était plutôt corsée : « [...] quel est le nombre acceptable de vies canadiennes perdues en raison de votre politique en matière de réfugiés, selon vous ? », a demandé le participant au premier ministre.

Il ne faut pas associer les immigrants et les réfugiés à de tels crimes, a répondu ce dernier, en se référant au meurtre de Marrisa Shen. « [...] les généralisations et le danger que nous provoquons, en liant [...] les politiques d'immigration à des incidents comme [le meurtre de Marrisa Shen], ne m'apparaissent pas tout à fait utiles dans une société diversifiée, pluraliste et inclusive comme la nôtre », a-t-il dit.

Pour le premier ministre, ne pas accueillir de réfugiés sous prétexte d'assurer la sécurité des Canadiens se révèle une « fausse dichotomie ».

Ibrahim Ali est arrivé au Canada en 2017 en provenance de la Syrie en tant que réfugié, selon l'Équipe intégrée d'enquête sur les homicides de la GRC (EIEH). Il n'avait au préalable aucun antécédent judiciaire et il bénéficiait du statut de résident permanent au moment où il a commis son crime à l'endroit de Marrisa Shen.

Nous avons besoin de votre aide !

Le premier ministre Justin Trudeau s'est allié aux médias traditionnels en leur offrant près de 600 millions de dollars. Au média Le Peuple, nous refusons toute aide gouvernementale. Afin de survivre et de devenir un véritable média de masse indépendant, nous avons cependant besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Aidez-nous financièrement en achetant un abonnement :

Acheter un abonnement

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Que pensez-vous de cet article ?