Affaire Rahaf Mohammed al-Qunun : Justin Trudeau se contredit

Affaire Rahaf Mohammed al-Qunun : Justin Trudeau se contredit

mar, 15/01/2019 – 16:30
Posté dans :
4 commentaires

Les conservateurs soulignent l'ironie de l'accueil théâtrale réservée à la réfugiée saoudienne par les libéraux.

Voici la ou les sources de cet article : CBC News, Twitter #1, #2, #3 et #4Voici la source de la photo : DoD News, FlickrCC BY 2.0

La fin de semaine dernière, la ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland a accueilli en grande pompe Rahaf Mohammed al-Qunun à l'aéroport Pearson de Toronto. De nationalité saoudienne, la jeune femme a fui son pays pour échapper à la persécution après avoir été menacée de mort par sa famille parce qu'elle avait, entre autres, renié l'islam. L'aspect théâtral de cette scène a éveillé la colère de certains observateurs qui estiment que cette approche libérale est teintée d'hypocrisie.

Juste avant d'accéder au pouvoir, Justin Trudeau avait fortement critiqué l'ex-premier ministre Stephen Harper d'avoir priorisé certains réfugiés syriens en s'assurant de sélectionner seulement les profils qui avantageraient les conservateurs dans un contexte électoral. Devant une foule de journalistes en octobre 2015, M. Trudeau n'avait pas hésité à qualifier cette pratique de « dégoûtante » et avait assuré aux Canadiens qu'un gouvernement libéral ne donnerait aucun avantage à une minorité quelconque.

Dimanche dernier, la députée conservatrice Michelle Rempel a rappelé à Mme Freeland qu'elle pouvait être heureuse de l'arrivée de la réfugiée sans pour autant l'utiliser à des fins de publicité. Mike Lalonde, candidat conservateur dans la circonscription d'Ottawa Ouest, s'est demandé pourquoi les libéraux, eux, ne voyaient rien de « dégoûtant » dans le fait d'utiliser une réfugiée à des fins « partisanes ».

Le député conservateur Pierre Paul-Hus a également critiqué cette mise en scène organisée par Ottawa à neuf mois des élections. Surtout, il en veut au gouvernement d'éviter de parler de la problématique qui sous-tend la présence de Mme al-Qunun au pays : l'islam radical. « À chaque fois qu'on soulève [ce] point, à Ottawa, les libéraux nous traitent de racistes », a-t-il dit lundi matin sur les ondes de Radio X.

Nous avons besoin de votre aide !

Bien que notre journal soit encore tout jeune, il a connu une progression fulgurante – et ce, grâce à vous. Désormais, nous souhaitons passer à la vitesse supérieure afin de bâtir un véritable média de masse indépendant. Pour cela, nous avons besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Aidez-nous dès maintenant avec une contribution financière :

Donner de l'argent

Que pensez-vous de cet article ?