Elle critique l'islam ; son poste à un conseil est menacé

Elle critique l'islam ; son poste à un conseil est menacé

mar, 22/08/2017 – 06:33
Posté dans :
0 commentaire

Christine Douglass-Williams pourrait très bien perdre son emploi alors qu'elle essaie de combattre l'islamisme.

Sources : CBC NewsLa Presse et Jihad WatchPhoto : YouTube

Depuis 2012, Christine Douglass-Williams est membre du conseil de la Fondation canadienne des relations raciales, dont le mandat est de combattre la « discrimination raciale. » Elle écrit aussi des textes pour le site anti-islamiste Jihad Watch.

Or, le gouvernement fédéral songe à renvoyer Mme Douglass-Williams à cause d'un article qu'elle a publié en mai, intitulé My personal warning to Icelanders, ou « Mon avertissement personnel aux Islandais. »

Dans son texte, elle parle de son voyage en Islande et souligne que le pays, très accueillant envers les minorités, fait preuve d'une naïveté déconcertante à l'égard des islamistes. Elle affirme que leurs médias et leurs politiciens sont trop effrayés ou malhonnêtes pour affronter le problème, et en conséquence, elle demande aux citoyens d'agir. Notamment, elle les exhorte à se tenir debout lorsqu'on les traite de racistes, de haineux ou d'islamophobes, car, clame-t-elle, ces insultes ne visent qu'à les faire taire.

Le National Council of Canadian Muslims (ou « Conseil national des musulmans canadiens ») a déclaré dans un communiqué que Mme Douglass-Williams prêchait la haine et qu'il était sûr que le gouvernement fédéral prendrait la décision appropriée.

Mme Douglass-Williams a dit que les efforts déployés contre elle à l'heure actuelle visaient à l'intimider à cause de son « dédain pour tous les agendas suprémacistes. »

Rappelons qu'en mars 2017, le gouvernement fédéral a adopté une motion qui vise à interdire la critique de l'islam sous le couvert de l'islamophobie. Celle-ci n'a aucun effet légal pour l'instant et son impact est purement symbolique.

Aimez-vous ce journal ? Alors, cliquez ici pour nous suivre et ne rien manquer de nos derniers articles. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.