Du beau monde invité à la consultation sur le racisme

Du beau monde invité à la consultation sur le racisme

sam, 09/23/2017 – 07:30
Posté dans :
2 commentaires

Trois organismes musulmans douteux – dont deux liés aux islamistes – mèneront des consultations locales.

Sources : Le Journal de Montréal #1 et #2Photo : Simon Clark

Le Journal de Montréal a rapporté que trois organismes musulmans douteux étaient impliqués dans les travaux de la consultation sur la discrimination systémique et le racisme. Ils seront chargés de mener des consultations locales, lesquelles pourront être partiellement ou totalement interdites au public selon les besoins.

Le premier organisme est le Forum Musulman Canadien, qui a des liens présumés avec les Frères musulmans, l'une des organisations responsables de la montée de l'intégrisme islamique. Le deuxième est la Fédération des Canadiens musulmans, qui défend le port du niqab chez la femme et qui traite ses opposants d'« islamophobes. » Le troisième est le Centre communautaire Essalam, dont le permis a été révoqué par la Ville de Mascouche, car il gérait une mosquée illégale.

Au Parti québécois, la porte-parole en matière d’immigration et des communautés culturelles, Carole Poirier, a déclaré : « Les organismes ont été choisis par la ministre de l’Immigration. Alors, c’est très inquiétant. » Elle a demandé : « Ce sont des organismes dont la ligne de pensée est déjà claire sur tout le monde. Donc, quelle neutralité vont-ils afficher ? »

Au gouvernement, le cabinet de la ministre de l'Immigration, Kathleen Weil, a simplement fait savoir que les organismes retenus pour les consultations locales étaient « conformes. »

Rappelons que la consultation du gouvernement vise, selon les mots du ministère de l'Immigration, à « proposer des solutions concrètes et durables […] afin d'éradiquer la discrimination systémique et le racisme. » Toutefois, le Parti québécois et la Coalition Avenir Québec demandent son annulation pure et simple, jugeant qu'elle diabolise les Québécois.

Commentaires

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre.