Le gouvernement a-t-il perdu la trace de migrants illégaux ?

Le gouvernement a-t-il perdu la trace de migrants illégaux ?

sam, 10/07/2017 – 10:30
Posté dans :
1 commentaire

Le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, a refusé de répondre à cette question d'un député conservateur.

Source : ParlVu (9 h 18 à 9 h 21) / Photo : Larry Maguire

Le comité permanent de la citoyenneté et de l'immigration s'est réuni jeudi pour discuter de la crise des migrants illégaux. Durant la séance, le député conservateur Larry Maguire a affirmé que 80 % des migrants dont la demande d'asile a été rejetée devaient être déportés d'ici un an, mais que ça n'avait pas été fait pour 53 % d'entre eux. Il a ensuite demandé au ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, combien de migrants avaient échappé au gouvernement fédéral et étaient disparus dans la nature.

M. Goodale n'a pas voulu répondre à la question et a plutôt demandé à Jacques Cloutier, de l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC), d'expliquer le processus de déportation. M. Cloutier a obtempéré et M. Maguire a insisté pendant près de deux minutes pour obtenir l'information désirée. Sa collègue conservatrice, Michelle Rempel, est venue à sa rescousse, mais le président du comité, le libéral Robert Oliphant, a jugé que M. Cloutier répondait à la question et a clos la discussion.

Rappelons que la frontière québéco-américaine est submergée de migrants illégaux depuis le début de l'année, mais que la situation a dégénéré en juillet. Jusqu'à présent, le Québec a reçu au moins 11 896 migrants et les citoyens sont divisés au sujet de l'accueil qu'il faut leur réserver.

Commentaires

Trudeau et sa gang ne considèrent pas les migrants illégaux comme illégaux. Ce sont plutôt leurs invités et qu'ils soient terroristes ou non ils s'en foutent, car ils leur seront utiles pour continuer leur islamisation du pays. Les USA ont raison de dire que nos frontières sont des passoires et que des terroristes se cachent au Canada pour préparer leurs attaques en Amérique.

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre.