Le niqab est une pratique discriminatoire, dit Nadia El-Mabrouk

Le niqab est une pratique discriminatoire, dit Nadia El-Mabrouk

ven, 11/10/2017 – 09:10
Posté dans :
0 commentaire

Mme El-Mabrouk ne comprend pas comment des féministes peuvent défendre le niqab. « On marche sur la tête ! » a-t-elle dit.

Source : BLVD / Photo : Radio-Canada

Récemment, Nadia El-Mabrouk, membre de l'association Pour les droits des Femmes du Québec, a signé une lettre ouverte destinée aux féministes qui s'opposent à l'interdiction du niqab dans le cadre de la loi 62 sur la neutralité religieuse. C'est pour en parler davantage qu'elle s'est entretenue jeudi avec Sophie Durocher à la station radiophonique BLVD.

Le niqab est une pratique discriminatoire

Mme El-Mabrouk ne comprend pas comment on peut se revendiquer du féminisme et, dans un même souffle, défendre le port du niqab et même de la burka chez la femme. Or, la Fédération des femmes du Québec, pour ne nommer qu'une association, maintient une telle position à l'heure actuelle. « On trouve ça ahurissant quand même. […] Ces féministes défendent une pratique discriminatoire, c'est vraiment une pratique discriminatoire à l'égard des femmes », a-t-elle lâché, s'exclamant par la suite : « On marche sur la tête ! »

Car Mme El-Mabrouk a insisté : le niqab n'est pas un habit ou un vêtement, mais une pratique. « Les femmes doivent le mettre pour sortir, les femmes doivent le mettre en présence d'un homme qui est pas son père, son fils, son oncle », a-t-elle expliqué. Elle a renchéri : « Écoutez, ceux qui disent c'est pas grave, qu'ils essaient de le porter pendant longtemps – pendant toute leur vie, tiens. Et puis, ils nous diront, si c'est correct ! »

Le Canada promeut l'islam de l'Arabie saoudite

Mme El-Mabrouk a aussi déploré qu'on voie toujours la même femme, Warda Naili, partout dans les médias pour revendiquer le port du niqab. « C'est clairement une militante pour un islam fondamentaliste, un islam qui fait pas du bien à la société. C'est pas comme ça qu'on voudrait voir évoluer la société », a-t-elle dit. De plus, en donnant ainsi la parole aux quelques militantes fondamentalistes, Mme El-Mabrouk estime qu'on fragilise les nombreuses femmes qui ne veulent rien savoir du niqab ou de la burka, mais qui subissent des pressions constantes de leur communauté.

Selon Mme El-Mabrouk, le Canada est en train de promouvoir l'islam de l'Arabie saoudite – un islam suprémaciste. C'est comme si la société disait à la femme musulmane : « Regarde ! Le Canada trouve que c'est très bien, alors pourquoi tu le portes pas, le niqab ? » Au bout du compte, Mme El-Mabrouk juge qu'on doit choisir son camp : est-on du côté des démocrates ou non ? Malheureusement, note-t-elle, il est presque impossible aujourd'hui de débattre de la question sans se faire traiter de « raciste »...

La loi 62 sur la neutralité religieuse

Rappelons que la loi 62 sur la neutralité religieuse interdit aux fonctionnaires et à ceux qui reçoivent les services publics de se couvrir le visage, bien qu'elle prévoie de nombreuses exceptions. Elle est contestée en cour, notamment par un organisme islamiste, le Conseil national des musulmans canadiens (CNMC).

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre.