La gauche radicale une menace pour le Québec, selon Guy Nantel

La gauche radicale une menace pour le Québec, selon Guy Nantel

lun, 11/20/2017 – 18:41
Posté dans :
0 commentaire

De passage à Tout le monde en parle, l'humoriste a insisté sur le discours haineux véhiculé par la gauche radicale.

Source : Tout le monde en parlePhoto : Karine Dufour, Radio-Canada

Invité à l'émission Tout le monde en parle, l'humoriste Guy Nantel n'a pas mâché ses mots pour critiquer la gauche qui tient un discours haineux au Québec : « Je suis tanné de la gauche haineuse radicale qui fait que le Québec se tétanise » dès que quelqu’un qui est plus à droite qu’elle s’exprime, a-t-il dit. Quand Guy A. Lepage lui a rétorqué que l'extrême droite aussi empêche la gauche de s'exprimer, M. Nantel lui a répondu que l'extrême gauche était « mauditement plus organisée » que la droite.

L'humoriste a fait référence à une bannière qui avait été déployée lors d'une manifestation organisée par l'extrême gauche, sur laquelle il était écrit « Plus d'Omar Khadr, moins de Guy Nantel ». Or, pour lui, cette bannière est un bel exemple d'incitation à la haine. Il a d'ailleurs lancé une flèche à l'endroit de la députée de Québec solidaire, Manon Massé, qui n'a vu aucun problème dans cette bannière. À ce sujet, il a dû, dit-il, expliquer à sa fille pourquoi un gars que l'on associe à Al-Qaïda reçoit de l’amour alors que son père qui fait des blagues reçoit de la haine.

M. Nantel déplore aussi que « tout le monde veut faire la morale à tout le monde » sur les réseaux sociaux, avec lesquels il a eu sa part de problèmes, lui qui a eu droit à plusieurs menaces, dont l'une qui a nécessité l'arrestation d'un homme. Il s'est dit désolé du fait que la communauté artistique n'ait pas défendu sa liberté d'expression : « Quand je vois des gens qui disent qu’il n’y a pas d’atteinte à la liberté d’expression, disons que ça complique un peu les affaires », a-t-il déploré. « D’autant plus quand il y a des gens du milieu artistique qui, par leur silence, cautionnent un peu ça et qui disent "moi je ne réagirai pas à ça". »

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre.