La rectitude politique vire à la maladie mentale, dit Bock-Côté

La rectitude politique vire à la maladie mentale, dit Bock-Côté

mar, 01/09/2018 – 13:30
Posté dans :
2 commentaires

À l'endroit de la gauche radicale, il a lancé : « Vous rendez-vous compte que les curés étaient moins pires que vous ? »

Source : BLVDPhoto : Asclepias, Flickr, CC BY-SA 3.0

Lundi, le sociologue Mathieu Bock-Côté s'est entretenu avec l'animatrice Sophie Durocher à la station radiophonique BLVD. D'emblée, Mme Durocher a reproché à l'année 2017 d'avoir été l'année de la rectitude politique et elle a dit craindre que 2018 soit pire encore. M. Bock-Côté a partagé cette inquiétude, soulignant que nous étions à l'heure actuelle dans une tendance lourde. En fait, il est allé plus loin : pour lui, la rectitude politique est en train de virer à la maladie mentale.

M. Bock-Côté et Mme Durocher ont abordé plusieurs cas, dont celui du mouvement #MoiAussi dans lequel des femmes ont publiquement accusé des hommes d'agressions sexuelles. Si cela a permis de mettre la lumière sur un enjeu important, M. Bock-Côté s'est inquiété des excès qui se sont ensuivis : d'une part, on a mis dans la même catégorie l'agression, le viol et le regard insistant ; d'autre part, le tribunal a été remplacé par les médias sociaux.

Or, difficile pour une personne de souligner ces excès, car se faisant, une certaine gauche radicale l'accuse automatiquement de sympathie avec les agresseurs. M. Bock-Côté a affirmé y voir une forme de totalitarisme : « Le totalitarisme n'exige pas de nous simplement qu'on pense la même chose que tout le monde. Il exige qu'on le démontre avec enthousiasme », a-t-il expliqué. Plus tôt lors de l'entrevue, il avait lancé à l'endroit de la gauche radicale : « Vous rendez-vous compte que les curés étaient moins pires que vous ? »

Commentaires

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre.